The Value – Issue #19: Industry Preparing to Tee Off for the 22nd Annual CBB Kathy Ward Memorial Golf Tournament

Welcome to Canadian Black Book’s – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

  • ____________________________________________________________________________

    Canadian Black Book is excited to host the 22nd edition of the Kathy Ward Memorial Golf Tournament.  One of the most popular events of the season will tee off, September 9, 2019 at the exclusive Magna Golf Club in Aurora, Ontario.

    The long standing and well-known tournament, took on new meaning last year, when it was renamed in honour of Canadian auto industry icon, Kathy Ward.  Kathy, the former CEO of Canadian Black Book, lost her battle with cancer in December of 2017 and the tournament was re-named in her honour to commemorate a true pioneer and advocate for women in Canada’s auto business.

    All tournament proceeds go to Tim Horton Children’s Foundation.  Since inception in 1997, the tournament has raised well over $600,000 for this charity which was personally chosen by and close to Kathy’s heart.

    “We miss Kathy dearly.  This golf tournament is a great way to remember her and what she truly cared about,” says Brad Rome, President, Canadian Black Book.  “Kathy loved this tournament, she loved golf and she was passionate about the ultimate cause of the day, to raise money to help send underprivileged children to camp,” adds Rome.

    Last year’s weather was abysmal, yet almost every registered player showed up, played and stayed for dinner which really spoke to the industry’s dedication to supporting the cause.

    To make a donation to Tim Horton Children’s Foundation in memory of Kathy Ward, go to https://www.timhortons.com/ca/en/childrens-foundation/index.php

    -30-

    For media enquiries or interview requests for Brad Rome, contact:

    Conrad Galambos
    Media Relations, Canadian Black Book
    905-979-7039, cgalambos@canadianblackbook.com

     

The Value – Issue #19: Canadian Black Book Used Vehicle Value Retention Index Continues on Record Setting Pace for June 2019

Welcome to Canadian Black Book’s – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

  • ____________________________________________________________________________
    The Canadian Black Book Used Vehicle Value Retention Index, which measures the value of cars during their prime remarketing years, hit another record level for June at 106.  The weak Canadian dollar and strong demand on both sides of the border continues to make conditions perfect for market gains.

    To put this high-water mark in perspective, 106 is 31 points higher than the record low which was set in June 2010.  All things being equal, the average vehicle is worth a staggering 31% more than it was just nine years ago, which is a sizable increase by any measure.

    “When we peel the index onion back a little it is interesting to note that it is sedans that are pulling the index up,” says Brian Murphy, VP Research & Editorial at Canadian Black Book.  The Sub-Compact segment is up an impressive 9.5 points since the same time last year. Compact Cars have increased by 7.3 points and Mid Size Cars are up 5.2 points.  With all eyes on the SUV segments, over the past many months or even years, it is significant to see cars show such strength.

    When comparing gains from last month it is the Full Size Car segment which posts the largest gain at 2.6 points.  Full Size Pick Up Trucks are up by 1.3 and Mid-Size Crossovers posted a gain of just under a point at 0.7.

    On the negative side of the index it is the Compact Luxury CUV/SUV segment, which is down the most since June of last year at 5.79.  Luxury Cars and the Small Pick Up Truck segment area also down by approximately 4%.

    From last month the Minivan segment has slid by 2%, and Small Pickups by just under two points.

    Will next month be another record or are we at a turning point?  Tune in to Canadianblackbook.com for details next month.

LA VALEUR – Numéro 18: Canadian Black Book s’associe à Borrowell Canada pour offrir un outil de pointage de crédit en ligne

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________
Une fois de plus, Canadian Black Book élargit son menu d’outils gratuits à l’intention des consommateurs sur Canadianblackbook.com. Le site offre maintenant aux consommateurs l’accès à des pointages de crédit gratuits grâce à une intégration avec Borrowell. La plateforme de pointage de crédit gratuit Borrowell est présentée avec les outils d’évaluation de véhicules gratuits offerts aux consommateurs sur le site Canadianblackbook.com.

« Avec des centaines de milliers de recherches mensuelles sur la valeur et le nombre toujours grandissant de consommateurs qui circulent sur le Web, nous mettons tout en œuvre pour offrir aux consommateurs canadiens les meilleurs outils de recherche en ligne gratuits sur les véhicules », déclare Brad Rome, président, Canadian Black Book. « Compte tenu de la réputation positive de Borrowell et de la stabilité de sa plateforme de pointage de crédit gratuit, cette collaboration correspond parfaitement aux objectifs de notre site Web », ajoute M. Rome.

Ce nouvel outil s’ajoute à la liste croissante d’options en ligne auxquelles les consommateurs ont accès lorsqu’ils magasinent pour un véhicule et avant d’entrer chez le concessionnaire. À l’heure actuelle, le site offre un estimateur de la valeur de reprise, un calculateur du prix demandé moyen, un estimateur de la valeur future, un calculateur d’équité, un rapport de perte totale, et à partir de maintenant, le pointage de crédit, le tout sans frais pour les acheteurs de voitures. En tant que porte-parole des consommateurs, Canadian Black Book vise à fournir des outils pour aider à mieux informer les consommateurs afin de les aider à prendre des décisions éclairées lorsqu’ils achètent une voiture ou un camion.

Pour voir comment fonctionne le nouvel outil de pointage de crédit, visitez le site canadianblackbook.com.

LA VALEUR – Numéro 18: Canadian Black Book investit pour connaître le comportement en ligne touchant l’industrie automobile

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________
Par : Cole Reiken, vice-président, Stratégie numérique et gestion des produits

L’idée que les acheteurs d’automobiles se connectent en ligne avant d’acheter une voiture n’a rien de nouveau. Bien qu’un phénomène en croissance rapide, tous groupes d’âge confondus. Les acheteurs de véhicules font toutes sortes de recherches en ligne, qu’il s’agisse de revues, d’incitatifs, de prix, d’options ou autres. Canadian Black Book a investi pour connaître les habitudes de consommation et de la dépendance à l’égard de la recherche en ligne, en particulier avant d’entrer chez le concessionnaire, et dans la façon dont elle peut attirer les passants dans la salle d’exposition.

En avril 2019, Canadian Black Book s’est associé avec Freckle, une entreprise de données de premier plan spécialisée dans la mesure des médias, afin de mesurer comment Canadianblackbook.com encourage les clients à visiter physiquement les concessions automobiles canadiennes.

La méthode unique de Freckle pour suivre l’achalandage sur le Web converti en achalandage physique dans les concessions a révélé que l’une des dernières choses que les consommateurs font avant d’entrer chez le concessionnaire c’est la recherche d’une valeur de reprise. Avec 150 000 à 200 000 consultations de valeurs par mois sur Canadianblackbook.com, de la part des acheteurs de voitures du marché, la taille de l’échantillon est considérable.

L’étude montre que Canadianblackbook.com est à l’origine de milliers de visites chez les concessionnaires, soit un taux d’attribution de 0,334 %, soit le double du taux de référence de l’industrie automobile canadienne.

La recherche Freckle sur l’achalandage du site Web Canadianblackbook.com a montré que le site Web récemment remanié est un moteur important de l’achalandage physique dans les concessions canadiennes. L’étude a montré que l’achalandage sur le site Web de Canadianblackbook.com s’est transformé en visites réelles chez les concessionnaires en seulement quatre jours en moyenne.

Ce résultat suggère que la recherche de la valeur est l’une des dernières étapes de l’achat en ligne d’une voiture. Freckle a constaté que les « pages d’évaluation » sur le site sont en fait les plus performantes pour favoriser les visites physiques chez les concessionnaires.

Selon une étude menée plus tôt cette année par Ipsos pour Canadian Black Book, 60 % des Canadiens qui magasinent pour une voiture au Canada utilisent en premier lieu des calculatrices d’échange en ligne pour connaître la valeur des véhicules. Les calculateurs d’évaluation en ligne ont été choisis 20 % plus souvent que les sites Web de concessionnaires, soit près du double de ceux des sites de petites annonces en ligne, et beaucoup plus souvent que les revues, les médias sociaux ou les forums. 71 % des acheteurs d’automobiles au Canada connaissent les outils d’évaluation en ligne gratuits de Canadian Black Book, tandis que plus d’un tiers ont déjà utilisé la calculatrice de valeur de reprise Canadianblackbook.com. La recherche montre que 35 % des acheteurs canadiens d’automobiles ont également utilisé les listes Canadian Black Book pour acheter des véhicules.

Au premier trimestre de 2019, M. Freckle a mené une étude plus vaste sur le secteur canadien de l’automobile axée sur les consommateurs canadiens et le processus d’achat d’automobiles. Parmi les résultats, l’étude a révélé que les acheteurs d’automobiles passaient 60 % de leur temps à faire des recherches en ligne sur l’achat d’un véhicule, soit en moyenne 14 heures et demie. À l’autre extrémité du spectre, cette étude suggère également que seulement 18 % sont incités à visiter le concessionnaire par les promotions traditionnelles. L’Étude sur le secteur canadien de l’automobile fait ressortir un certain nombre de constatations très intéressantes, dont bon nombre illustrent un parcours changeant dans l’expérience d’achat et de vente de véhicules.

LA VALEUR – Numéro 18: Les droits de douane américains sur les marchandises mexicaines pourraient toucher le secteur canadien de l’automobile

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________
Les menaces tarifaires sont la nouvelle norme, malgré un sursis récent

 Par : Brian Murphy

Le 31 mai, de nouvelles menaces tarifaires étaient issues de la Maison-Blanche, visant à taxer toutes les marchandises en provenance du Mexique, aux États-Unis, de 5 % à partir du 10 juin et de 5 % par mois jusqu’à un maximum de 25 %. Le 7 juin, cette menace au beau milieu des pourparlers de ratification de l’ALENA avait été écrasée. L’impulsion de ce dernier coup de semonce adressé au Mexique n’est pas liée au commerce, mais aux questions d’immigration à la frontière sud. Régler le problème de la frontière ou faire face à un tarif universel. C’était le message.

À première vue, cela peut sembler une querelle commerciale bilatérale entre les États-Unis et le Mexique. Ne vous y trompez pas, le Canada serait en plein centre et l’industrie automobile est peut-être le secteur qui a le plus à perdre.

Tout d’abord, les trois acteurs de l’ALENA, le Mexique, les États-Unis et le Canada sont (ou étaient) en bonne voie de finaliser un nouvel accord de libre-échange (USMCA). En public, alors que cette menace était encore fraîche, le Mexique et le Canada ont laissé entendre que rien n’avait changé et qu’ils continueraient de progresser vers la ratification dès cet été. Mais le Mexique aurait-il vraiment pu ratifier un accord commercial avec un partenaire qui avait menacé de droits de douane importants, contrairement à l’esprit du libre-échange et si tard dans la partie? Dans le cas contraire, il semble logique que le Canada doive attendre que ce problème soit réglé et par conséquent qu’il n’ait pas encore de contrat renégocié avec son principal partenaire commercial.

L’industrie qui fait le plus partie intégrante de la nécessité d’un nouvel accord commercial trilatéral est certainement l’industrie automobile. Depuis la création de l’ALENA en 1993, l’industrie est de plus en plus imbriquée entre les trois pays, la fabrication et la vente de matériaux, de pièces/composantes et de produits finis se faisant à grande échelle dans ces trois pays. L’acier fabriqué au Canada pourrait être expédié aux États-Unis, où il est utilisé pour fabriquer une pièce, qui est envoyée au Mexique pour être ajoutée à un composant plus gros, qui à son tour est renvoyé aux États-Unis pour y être assemblé, puis expédié pour être vendu au Canada, etc.

Dans un environnement tarifé, il est prévisible que les entreprises pourraient se voir imposer plusieurs fois les mêmes tarifs tout au long de la chaîne d’approvisionnement pour un seul véhicule. Cela créerait une grande incertitude dans l’industrie, entraînant une instabilité pour les plans des équipementiers et l’établissement des prix des véhicules neufs et d’occasion. Cela aurait été un coup dur pour une industrie mondiale déjà léthargique et en baisse de 8 % cette année.

Pour mettre tout cela en perspective, selon une estimation de la Deutche Bank, un tarif de 25 % coûterait à GM 6,3 $ milliards, 4,8 $ milliards à FCA et 3,3 $ milliards à Ford. Ce type d’évaluation a fait frissonner les investisseurs. Sans parler du fait que cette nouvelle menace tarifaire faisait suite à la dernière série de taxes sur l’acier et l’aluminium au Canada et au Mexique, qui vient de se terminer et qui a coûté un milliard de dollars à GM et Ford et 500 millions de dollars à FCA. Ces types de pertes ne sont pas viables.

En fin de compte, les coûts tarifaires seraient répercutés sur les consommateurs de plus d’une façon. Tout d’abord, les prix des véhicules neufs aux États-Unis vont augmenter, ce qui se traduira par une hausse massive de la demande, surtout si elle passe à 25 %. Deuxièmement, étant donné la perte de la demande et les coûts supplémentaires pour les équipementiers, il est probable que les consommateurs perdront les emplois dont ils ont besoin pour se permettre d’acheter des articles comme des véhicules. Nombreux sont ceux qui considèrent ce type de politique commerciale en Amérique du Nord comme le déclencheur potentiel d’une récession.

Pour le marché canadien, les effets potentiels sont plus complexes. Par exemple, s’il y a des pièces fabriquées aux États-Unis avec des sous-composantes du Mexique et expédiées au Canada pour y être assemblées, cela aurait une incidence sur les coûts et les prix des produits fabriqués ici. Là encore, la hausse des prix se traduirait généralement par une baisse des taux de production de la demande intérieure, ce qui pourrait entraîner un ralentissement sélectif de la production de certains produits touchés.

Les prix des voitures d’occasion au Canada seraient instables pour certains modèles fabriqués au Mexique. On suppose que les États-Unis taxeraient également les produits d’occasion (fabriqués au Mexique) provenant du Canada de la même façon que les nouveaux produits provenant directement du Mexique. Les prix de gros des véhicules d’occasion canadiens produits au Mexique chuteraient au début; avec la possibilité d’une reprise, la demande de véhicules d’occasion aux États-Unis devrait augmenter si la demande de véhicules d’occasion touchés augmentait.

Des tarifs de ce genre nuiraient à l’ensemble de l’industrie, mais certains équipementiers risquent d’en souffrir davantage. Tout d’abord, BMW, qui vient d’ouvrir une toute nouvelle usine au Mexique en juin dernier, pour construire la Série 3. Tous les grands constructeurs ont des usines d’assemblage ou des fournisseurs de pièces au Mexique. Toutefois, ceux qui produisent des camions et des VUS au Mexique seraient les plus durement touchés, étant donné la popularité de ces véhicules en Amérique du Nord. GM produit les Sierra, Silverado, Equinox et Terrain, certains de leurs modèles les plus populaires et les plus rentables, tandis que FCA fabrique la gamme complète des produits RAM au Mexique. Ford, d’autre part, assemble la Focus et la Fiesta au Mexique, ce qui risque beaucoup moins pour l’entreprise que si elle y produisait la F150, qui est un énorme vendeur. Nissan, VW et Toyota ont tous d’importants investissements au Mexique, une grande partie du produit étant vendue aux États-Unis, et risqueraient de perdre également.

Mis à part la question de l’immigration, à laquelle la Maison-Blanche tentait de remédier en imposant cette dernière offensive tarifaire, nous savons qu’un autre objectif serait de ramener la production aux États-Unis. Compte tenu de l’investissement massif de capitaux par les équipementiers au Mexique et des coûts subséquents, il semble vraiment peu réaliste de voir ces installations massives qui représentent des milliards de dollars quitter le Mexique au profit des États-Unis. Même si ces tarifs se sont concrétisés et ont été maintenus, et que des décisions ont été prises pour déplacer les opérations, rien n’oblige les équipementiers à le faire aux États-Unis.

Dans ces guerres commerciales et tarifaires, il ne peut y avoir de gagnant. Trop de participants, y compris le Canada, qui semblent regarder de l’extérieur, sont pris entre deux feux et souffrent aussi. Nous sommes heureux que la Maison-Blanche ait fait preuve d’une plus grande sérénité et que ces menaces aient été levées. Allons de l’avant et faisons en sorte que notre nouvel accord de libre-échange soit conclu et faisons de notre mieux pour que l’industrie de l’automobile en Amérique du Nord continue de progresser au rythme record qu’elle a connu au cours des quelques dernières années.

LA VALEUR – Numéro 18: L’indice Canadian Black Book atteint son apogée en mai

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________
L’Indice canadien de rétention de valeur des véhicules d’occasion Canadian Black Book a atteint un sommet sans précédent en mai 2019, soit 106. C’est là le plus haut niveau atteint par l’indice depuis le début du suivi des valeurs des véhicules de deux à six ans en janvier 2005. Dans l’ensemble de l’industrie et dans les 21 segments de véhicules suivis par Canadian Black Book, les valeurs des véhicules d’occasion n’ont jamais été aussi élevées.

Le segment des voitures compactes a contribué à propulser l’indice de mai à ce niveau élevé en affichant une note record de 114, soit un gain de 6,5 points par rapport à l’an dernier et de 1,7 point par rapport au mois dernier. La hausse du prix de l’essence en mai a peut-être contribué à accroître la demande de ces véhicules le mois dernier.

La sous-compacte est une autre catégorie qui a affiché des gains impressionnants. Le segment des voitures de plus petite taille est en hausse d’environ 1 point par rapport au mois dernier, mais en hausse impressionnante de 7,4 points par rapport à l’an dernier.

Les véhicules utilitaires multisegments intermédiaires ont enregistré une hausse importante de 2,1 points par rapport au mois dernier, ce qui démontre une fois de plus à quel point ce segment est en demande. Les voitures pleine grandeur, bien qu’en baisse d’un peu plus de 3 points par rapport à l’an dernier, sont en hausse ce mois-ci de 1,3 point.

Parmi les baisses notables du segment en mai, mentionnons la catégorie des voitures de luxe, en baisse de 3,3 points par rapport à mai de l’an dernier et d’un peu plus d’un demi-point par rapport au mois dernier. Les voitures de luxe de prestige sont en baisse de près de cinq points par rapport à l’an dernier, le plus grand recul de tous les segments. Les petites camionnettes et les voitures sport ont perdu respectivement 0,7 et 0,4 point.

Avec l’augmentation de l’offre des deux côtés de la frontière, nous prévoyons toujours que les valeurs vont ralentir. Par contre, compte tenu de la faiblesse persistante du dollar canadien, l’expédition de voitures d’occasion vers le marché américain demeure une entreprise très rentable qui contribue à maintenir les valeurs canadiennes élevées.

The Value – Issue #18: Canadian Black Book Investing to Break Down Automotive Online Behaviour

Welcome to Canadian Black Book’s – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

  • ____________________________________________________________________________
    By: Cole Reiken, Vice-President of Digital Strategy and Product Management

    The idea of car shoppers going online before they buy a car is nothing new.  Although it is a rapidly growing phenomena, across all age segments.  Vehicle shoppers conduct all varieties of research online from reviews, to incentives, to pricing, to options and more.  Canadian Black Book has invested in learning more about consumer habits and dependence on online research particularly prior to heading into the dealership and how it can drive foot traffic into the showroom.

    In April 2019, Canadian Black Book started working with Freckle a first-party data company specializing in media measurement – to measure how Canadianblackbook.com is driving physical customer visits into Canadian automotive dealerships.

    What Freckle’s unique method of tracking web traffic converting into store traffic found was that one of the last things consumers do before stepping foot into the dealership is look up a trade-in value.  With 150 to 200 thousand values lookups per month on Canadianblackbook.com, from in market car shoppers, the sample size is substantial.

    The study shows that Canadianblackbook.com drives thousands of physical dealership visits, an attribution rate of 0.334%, which is double the Canadian automotive industry benchmark.

    The Freckle research of Canadianblackbook.com web traffic showed that the recently redesigned website is a strong driver of physical foot traffic into Canadian dealerships.  The study showed that web traffic from Canadianblackbook.com converted into actual dealership visits in an average of only four days.

    This result suggests that value lookups are among the final steps in online car shopping.  Freckle found that the ‘evaluation pages’ on the site are in fact the strongest performers in driving physical dealership visits.

    Research conducted earlier this year by Ipsos, for Canadian Black Book, suggest that 60 per cent of Canadian car shoppers as a first choice, use online vehicle trade-in calculators to research vehicle values.  Online valuation calculators were chosen 20% more often than dealer websites, almost double that of online classified sites, and far more often that reviews, social media or forums.  71% of car shoppers in Canada are aware of Canadian Black Book’s free online valuations tools, while over one third have actually used Canadianblackbook.com trade-in calculator.  The research shows 35% of Canadian car buyers have also used the Canadian Black Book listings to shop for vehicles.

    In Q1 2019, Freckle conducted a broader Canadian Automotive study focusing on the Canadian auto shopper and the car buying process. Among the findings, the study found that car buyers spent 60% of their time researching their vehicle purchase online at an average of 14 and a half hours.  On the other end of the spectrum, this study also suggested that only 18% are driven into the dealership by traditional promotions.  The Canadian Automotive Study highlights a number of very interesting findings, many of which illustrate a changing journey through the vehicle shopping and sales experience.

     

The Value – Issue #18: US Tariffs on Mexican Goods Would Have Effects in the Canadian Auto Sector

Welcome to Canadian Black Book’s – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

  • ____________________________________________________________________________
    Tariff Threats are the New Norm, Despite a Recent Reprieve

     By: Brian Murphy

    On May 31st new tariff threats came out of the White House, aimed to tax all goods coming from Mexico, into the U.S., by 5% starting June 10 and escalating 5% per month up to a maximum of 25%. By June 7th, this threat in the midst of NAFTA ratification talks had been squelched.  The impetus for this latest shot across the bow at Mexico is related not to trade, but to immigration issues at the southern border.  Fix the border problem or face a universal tariff.  That was the message.

    On the surface, this may seem as a bi-lateral trade spat between the U.S. and Mexico.  Don’t be fooled, Canada would be right in the middle and the auto industry is perhaps the sector with the most to lose.

    First off, the three players in NAFTA, Mexico, the U.S. and Canada are (or were) well on the way to finalizing an updated free-trade agreement being called USMCA.  In public, while this threat was still fresh, Mexico and Canada suggested that nothing had changed and they will continue to move along towards ratification as early as this summer.  But could Mexico have really ratified a trade agreement with a partner who had threatened significant tariffs, contrary to the spirit of free trade and so late in the game?  And if they couldn’t, it only seems logical that Canada would have to wait until this problem is resolved and therefore still not have a renegotiated trade contract with their largest trading partner.

    The industry that is most integral to the need for a new tri-lateral trade agreement is surely the auto industry.  Since the formation of NAFTA in 1993, the industry has become increasingly interwoven between all three countries with manufacturing and sales of materials, parts/components and finished products happening on large scale in all three countries.  Steel that is made in Canada could be shipped to the US, where it is used to make a part, that is sent to Mexico to be added to a larger component, which is shipped back to the US for assembly, then shipped to be sold in Canada, and so on.

    Under a tariffed environment, it is foreseeable that companies could be on the hook for tariffs multiple times along the supply chain for a single vehicle.  This would create significant uncertainty in the industry, leading to instability for OEM plans, and pricing for new and used vehicles.   It would have been a substantial blow to a global industry that is currently sluggish and down 8% this year.

    To put this all into perspective, according to a Deutche Bank estimate, a 25% tariff would cost GM $6.3 billion, FCA $4.8 billion and Ford $3.3 billion.  This type of assessment had investors cringing.  Not to mention, that this latest tariff threat was coming off the heels of the latest round of taxes on Canadian and Mexican steel and aluminium, that just finished costing GM and Ford $1 billion and FCA $500 million.  These types of losses are not sustainable.

    Tariff costs would ultimately be passed onto consumers in more than one way.  First, is that the prices of new vehicle in the U.S. will rise, resulting in a massive hit to demand, especially if this goes to 25%.  Second, given the loss of demand and added cost for OEMs, will likely be the loss of jobs which consumers need in order to afford to purchase such items as vehicles.  Many see this type of trade policy in North America as the potential trigger for recession.

    For the Canadian market the potential effects are more complex.  For example, if there are parts made in the U.S. with subcomponents from Mexico and then shipped to Canada for assembly, it would affect costs and prices of products produced here.  Again, the higher prices would generally mean lower demand production rates domestically, which could selectively slow the production of some affected products.

    Prices for used cars in Canada would experience instability for certain Mexican produced models.  The assumption is that the U.S. would also tax used products (made in Mexico) coming from Canada in the same way new products would be taxed coming directly from Mexico.  Canadian used wholesale prices for Mexican produced vehicles would fall initially; with the potential to rally back should demand in the U.S.  for used units of affected vehicles increases.

    Tariffs of this sort would hurt the entire industry; however, certain OEMs stand to feel more pain.  First to mind is BMW, who just opened a brand new plant in Mexico in June, to build the 3 Series.  All the majors have either assembly plants or parts providers in Mexico.  However, those with truck and SUV production in Mexico would be hit hardest, given the popularity of those vehicles in North America.  GM produces the Sierra, Silverado, Equinox and Terrain, some of their most popular and profitable models, while FCA makes the full lineup of RAM products in Mexico.  Ford on the other hand assembles the Focus and Fiesta in Mexico, which risks much less to the company versus if it were to produce the F150 there, which is a huge seller.  Nissan, VW and Toyota all have major investment in Mexico with much of the product being sold in the U.S., and would stand to lose as well.

    Aside from the immigration issue, which the White House was trying to remedy through this latest tariff assault, we know that another goal would be to move production back to the U.S.  With the massive scale of capital investment by the OEMs into Mexico and the subsequent cost to up and move, it really seems unrealistic to have some mass exodus from Mexico to the U.S. of these billion dollar sprawling facilities.  Even if these tariffs did come to fruition and stick, and decisions were made to move operations, there is nothing holding the OEMs to do so in the U.S.  It may be more profitable to do so elsewhere.

    In these wars of trade and tariffs, there can be no winner.  Too many, including the likes of Canada, who seem like outsiders looking in, get caught in the middle and suffer as well.  We are glad that calmer heads did prevail in the White House, and these threats were lifted.  Now let us move forward and get our new free-trade deal done and do our best to keep the auto industry in North America moving at the record pace it has been over the past few years.

The Value – Issue #18: Canadian Black Book Partners With Borrowell Canada for Online Credit Score App

Welcome to Canadian Black Book’s – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

  • ____________________________________________________________________________
    Once again Canadian Black Book is growing its menu of free consumer tool on Canadianblackbook.com.  The site now offers consumers the ability to access free credit scores through integration with Borrowell.  The Borrowell free credit score platform is featured alongside the existing free consumer vehicle valuation tools available on Canadianblackbook.com

    “With hundreds of thousands of monthly value look-ups and steadily increasing consumer web traffic, we make every effort to offer the best free online vehicle research tools to Canadian consumers,” says Brad Rome, President, Canadian Black Book.  “Given the positive reputation of Borrowell and stability of its free credit score platform, this collaboration is a perfect fit for our website goals,” adds Rome.

    The new tool compliments the growing list of online options for consumers to access when shopping for a vehicle and before they enter the dealership.  Currently the site offers a Trade-in Value Estimator, Average Asking Price calculator, Future Value Estimator, Equity Calculator, Total Loss Report, and now the Credit Score, all at no cost to car shoppers.  As a consumer advocate Canadian Black Book aims to provide tools to help educate consumers as much as possible to help them make informed decisions when buying a car or truck.

    To see how the new Borrowell credit score widget works, go to canadianblackbook.com.

The Value – Issue #18: Canadian Black Book Index Hits All-Time Mark in May

Welcome to Canadian Black Book’s – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

  • ____________________________________________________________________________
    The Canadian Black Book Used Vehicle Retention Index hit an all-time record high for May 2019 at 106.  This is the highest level the index has reached, since the index tracking of two to six year-old vehicle values started in January 2005.  Across the industry and the twenty-one vehicle segments tracked by Canadian Black Book, used values have never been stronger.

    • The Compact Car segment has helped the boost May’s index along to this high level by posting a record high mark of 114, a gain of 6.5 points from last year and 1.7 points from last month.  Perhaps higher gas prices in May helped elevate demand for these vehicles last month.
    • Sub-Compact car were another category to post impressive gains.  The smallest car size segment is up approximately 1 point from last month but up an impressive 7.4 points versus last year.
    • Mid-size Crossover/SUV has shown a significant lift of 2.1 points from last month, once again demonstrating how hot this in-demand segment is.  Full size cars, although down from last year by just over 3 points, are up this month by 1.3 points.
    • Some notable segment declines for May include the Luxury Car category, which is down 3.3 points from May of last year and down just over half a point from last month.  The Prestige Luxury Cars are down by almost five points from last year, the biggest decliners of all segments.  Small Pickup trucks and Sporty Cars are down 0.7 points and 0.4 points respectively.
    • With rising levels of supply on both sides of the border it remains our expectation that values will slow down.  However, with a continued fairly weak Canadian dollar, the shipping of used cars to the U.S. market remains a very profitable enterprise and helps to keep Canadian values high.