The Value – Issue #18: Canadian Black Book Investing to Break Down Automotive Online Behaviour

Welcome to Canadian Black Book’s – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

  • ____________________________________________________________________________
    By: Cole Reiken, Vice-President of Digital Strategy and Product Management

    The idea of car shoppers going online before they buy a car is nothing new.  Although it is a rapidly growing phenomena, across all age segments.  Vehicle shoppers conduct all varieties of research online from reviews, to incentives, to pricing, to options and more.  Canadian Black Book has invested in learning more about consumer habits and dependence on online research particularly prior to heading into the dealership and how it can drive foot traffic into the showroom.

    In April 2019, Canadian Black Book started working with Freckle a first-party data company specializing in media measurement – to measure how Canadianblackbook.com is driving physical customer visits into Canadian automotive dealerships.

    What Freckle’s unique method of tracking web traffic converting into store traffic found was that one of the last things consumers do before stepping foot into the dealership is look up a trade-in value.  With 150 to 200 thousand values lookups per month on Canadianblackbook.com, from in market car shoppers, the sample size is substantial.

    The study shows that Canadianblackbook.com drives thousands of physical dealership visits, an attribution rate of 0.334%, which is double the Canadian automotive industry benchmark.

    The Freckle research of Canadianblackbook.com web traffic showed that the recently redesigned website is a strong driver of physical foot traffic into Canadian dealerships.  The study showed that web traffic from Canadianblackbook.com converted into actual dealership visits in an average of only four days.

    This result suggests that value lookups are among the final steps in online car shopping.  Freckle found that the ‘evaluation pages’ on the site are in fact the strongest performers in driving physical dealership visits.

    Research conducted earlier this year by Ipsos, for Canadian Black Book, suggest that 60 per cent of Canadian car shoppers as a first choice, use online vehicle trade-in calculators to research vehicle values.  Online valuation calculators were chosen 20% more often than dealer websites, almost double that of online classified sites, and far more often that reviews, social media or forums.  71% of car shoppers in Canada are aware of Canadian Black Book’s free online valuations tools, while over one third have actually used Canadianblackbook.com trade-in calculator.  The research shows 35% of Canadian car buyers have also used the Canadian Black Book listings to shop for vehicles.

    In Q1 2019, Freckle conducted a broader Canadian Automotive study focusing on the Canadian auto shopper and the car buying process. Among the findings, the study found that car buyers spent 60% of their time researching their vehicle purchase online at an average of 14 and a half hours.  On the other end of the spectrum, this study also suggested that only 18% are driven into the dealership by traditional promotions.  The Canadian Automotive Study highlights a number of very interesting findings, many of which illustrate a changing journey through the vehicle shopping and sales experience.

     

The Value – Issue #18: US Tariffs on Mexican Goods Would Have Effects in the Canadian Auto Sector

Welcome to Canadian Black Book’s – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

  • ____________________________________________________________________________
    Tariff Threats are the New Norm, Despite a Recent Reprieve

     By: Brian Murphy

    On May 31st new tariff threats came out of the White House, aimed to tax all goods coming from Mexico, into the U.S., by 5% starting June 10 and escalating 5% per month up to a maximum of 25%. By June 7th, this threat in the midst of NAFTA ratification talks had been squelched.  The impetus for this latest shot across the bow at Mexico is related not to trade, but to immigration issues at the southern border.  Fix the border problem or face a universal tariff.  That was the message.

    On the surface, this may seem as a bi-lateral trade spat between the U.S. and Mexico.  Don’t be fooled, Canada would be right in the middle and the auto industry is perhaps the sector with the most to lose.

    First off, the three players in NAFTA, Mexico, the U.S. and Canada are (or were) well on the way to finalizing an updated free-trade agreement being called USMCA.  In public, while this threat was still fresh, Mexico and Canada suggested that nothing had changed and they will continue to move along towards ratification as early as this summer.  But could Mexico have really ratified a trade agreement with a partner who had threatened significant tariffs, contrary to the spirit of free trade and so late in the game?  And if they couldn’t, it only seems logical that Canada would have to wait until this problem is resolved and therefore still not have a renegotiated trade contract with their largest trading partner.

    The industry that is most integral to the need for a new tri-lateral trade agreement is surely the auto industry.  Since the formation of NAFTA in 1993, the industry has become increasingly interwoven between all three countries with manufacturing and sales of materials, parts/components and finished products happening on large scale in all three countries.  Steel that is made in Canada could be shipped to the US, where it is used to make a part, that is sent to Mexico to be added to a larger component, which is shipped back to the US for assembly, then shipped to be sold in Canada, and so on.

    Under a tariffed environment, it is foreseeable that companies could be on the hook for tariffs multiple times along the supply chain for a single vehicle.  This would create significant uncertainty in the industry, leading to instability for OEM plans, and pricing for new and used vehicles.   It would have been a substantial blow to a global industry that is currently sluggish and down 8% this year.

    To put this all into perspective, according to a Deutche Bank estimate, a 25% tariff would cost GM $6.3 billion, FCA $4.8 billion and Ford $3.3 billion.  This type of assessment had investors cringing.  Not to mention, that this latest tariff threat was coming off the heels of the latest round of taxes on Canadian and Mexican steel and aluminium, that just finished costing GM and Ford $1 billion and FCA $500 million.  These types of losses are not sustainable.

    Tariff costs would ultimately be passed onto consumers in more than one way.  First, is that the prices of new vehicle in the U.S. will rise, resulting in a massive hit to demand, especially if this goes to 25%.  Second, given the loss of demand and added cost for OEMs, will likely be the loss of jobs which consumers need in order to afford to purchase such items as vehicles.  Many see this type of trade policy in North America as the potential trigger for recession.

    For the Canadian market the potential effects are more complex.  For example, if there are parts made in the U.S. with subcomponents from Mexico and then shipped to Canada for assembly, it would affect costs and prices of products produced here.  Again, the higher prices would generally mean lower demand production rates domestically, which could selectively slow the production of some affected products.

    Prices for used cars in Canada would experience instability for certain Mexican produced models.  The assumption is that the U.S. would also tax used products (made in Mexico) coming from Canada in the same way new products would be taxed coming directly from Mexico.  Canadian used wholesale prices for Mexican produced vehicles would fall initially; with the potential to rally back should demand in the U.S.  for used units of affected vehicles increases.

    Tariffs of this sort would hurt the entire industry; however, certain OEMs stand to feel more pain.  First to mind is BMW, who just opened a brand new plant in Mexico in June, to build the 3 Series.  All the majors have either assembly plants or parts providers in Mexico.  However, those with truck and SUV production in Mexico would be hit hardest, given the popularity of those vehicles in North America.  GM produces the Sierra, Silverado, Equinox and Terrain, some of their most popular and profitable models, while FCA makes the full lineup of RAM products in Mexico.  Ford on the other hand assembles the Focus and Fiesta in Mexico, which risks much less to the company versus if it were to produce the F150 there, which is a huge seller.  Nissan, VW and Toyota all have major investment in Mexico with much of the product being sold in the U.S., and would stand to lose as well.

    Aside from the immigration issue, which the White House was trying to remedy through this latest tariff assault, we know that another goal would be to move production back to the U.S.  With the massive scale of capital investment by the OEMs into Mexico and the subsequent cost to up and move, it really seems unrealistic to have some mass exodus from Mexico to the U.S. of these billion dollar sprawling facilities.  Even if these tariffs did come to fruition and stick, and decisions were made to move operations, there is nothing holding the OEMs to do so in the U.S.  It may be more profitable to do so elsewhere.

    In these wars of trade and tariffs, there can be no winner.  Too many, including the likes of Canada, who seem like outsiders looking in, get caught in the middle and suffer as well.  We are glad that calmer heads did prevail in the White House, and these threats were lifted.  Now let us move forward and get our new free-trade deal done and do our best to keep the auto industry in North America moving at the record pace it has been over the past few years.

The Value – Issue #18: Canadian Black Book Partners With Borrowell Canada for Online Credit Score App

Welcome to Canadian Black Book’s – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

  • ____________________________________________________________________________
    Once again Canadian Black Book is growing its menu of free consumer tool on Canadianblackbook.com.  The site now offers consumers the ability to access free credit scores through integration with Borrowell.  The Borrowell free credit score platform is featured alongside the existing free consumer vehicle valuation tools available on Canadianblackbook.com

    “With hundreds of thousands of monthly value look-ups and steadily increasing consumer web traffic, we make every effort to offer the best free online vehicle research tools to Canadian consumers,” says Brad Rome, President, Canadian Black Book.  “Given the positive reputation of Borrowell and stability of its free credit score platform, this collaboration is a perfect fit for our website goals,” adds Rome.

    The new tool compliments the growing list of online options for consumers to access when shopping for a vehicle and before they enter the dealership.  Currently the site offers a Trade-in Value Estimator, Average Asking Price calculator, Future Value Estimator, Equity Calculator, Total Loss Report, and now the Credit Score, all at no cost to car shoppers.  As a consumer advocate Canadian Black Book aims to provide tools to help educate consumers as much as possible to help them make informed decisions when buying a car or truck.

    To see how the new Borrowell credit score widget works, go to canadianblackbook.com.

The Value – Issue #18: Canadian Black Book Index Hits All-Time Mark in May

Welcome to Canadian Black Book’s – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

  • ____________________________________________________________________________
    The Canadian Black Book Used Vehicle Retention Index hit an all-time record high for May 2019 at 106.  This is the highest level the index has reached, since the index tracking of two to six year-old vehicle values started in January 2005.  Across the industry and the twenty-one vehicle segments tracked by Canadian Black Book, used values have never been stronger.

    • The Compact Car segment has helped the boost May’s index along to this high level by posting a record high mark of 114, a gain of 6.5 points from last year and 1.7 points from last month.  Perhaps higher gas prices in May helped elevate demand for these vehicles last month.
    • Sub-Compact car were another category to post impressive gains.  The smallest car size segment is up approximately 1 point from last month but up an impressive 7.4 points versus last year.
    • Mid-size Crossover/SUV has shown a significant lift of 2.1 points from last month, once again demonstrating how hot this in-demand segment is.  Full size cars, although down from last year by just over 3 points, are up this month by 1.3 points.
    • Some notable segment declines for May include the Luxury Car category, which is down 3.3 points from May of last year and down just over half a point from last month.  The Prestige Luxury Cars are down by almost five points from last year, the biggest decliners of all segments.  Small Pickup trucks and Sporty Cars are down 0.7 points and 0.4 points respectively.
    • With rising levels of supply on both sides of the border it remains our expectation that values will slow down.  However, with a continued fairly weak Canadian dollar, the shipping of used cars to the U.S. market remains a very profitable enterprise and helps to keep Canadian values high.

     

LA VALEUR – Numéro 17: Le prix de l’essence vous fait-il mal?

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________
Par : Brian Murphy, vice-président, recherche et rédaction, Canadian Black Book

Le prix de l’essence vous fait-il mal?

Avez-vous remarqué quelque chose de différent à votre station d’essence? Vous avez peut-être vu que le prix du litre avait vertigineusement monté, vous laissant plutôt attristé. À la Saint-Valentin, il n’y a pas de ça si longtemps et à la grandeur du pays, le prix de l’essence coûtait à peu près 1 $ le litre pour de l’essence ordinaire. Aujourd’hui, le prix de l’essence coûte environ 1,30 $ d’un océan à l’autre. Ce sont les Britanno-Colombiens qui « l’emportent » avec des prix d’environ 0,30 $ plus hauts que ça. Chose évidente, notre dispense du prix de l’essence au Canada a pris fin assez subitement.

Une augmentation de trente pour cent du prix de l’essence en si peu de temps est inhabituelle, mais ce n’est pas la première fois. On a vu des hausses du même genre en 2011 et en 2014. Par contre, le moment n’est pas à la panique, c’est plutôt le temps de réfléchir à ce que cette augmentation signifie pour le consommateur automobile; et pour beaucoup d’entre nous dans l’industrie, de penser à son effet sur notre stratégie commerciale et sur la façon dont nous devrions modifier nos plans en conséquence.

À mon avis, les consommateurs peuvent facilement avoir une réaction excessive face à l’augmentation du prix du carburant. Selon notre récent sondage IPSOS et Canadian Black Book (CBB), nous avons conclu que 98 % des Canadiens ne comprennent pas l’idée que ce qui coûte le plus cher en étant propriétaire d’un véhicule ce n’est ni l’essence, ni l’assurance, mais la dépréciation. Il est essentiel que les consommateurs ne l’oublient pas et qu’ils ne prennent pas de décisions impulsives.

Pour le consommateur, échanger un véhicule presque neuf et moins écoénergétique pour acheter un véhicule neuf plus écoénergétique n’est pas la solution du point de vue économique. Par exemple, un véhicule de trois ans aura généralement perdu 40 % de sa valeur en raison de la dépréciation. Pour un véhicule de 40 000 $, cela représente une perte de valeur de 16 000 $. De son côté, la récente flambée des prix de l’essence coûterait au consommateur moyen un peu plus de 700 $ de plus par année. Repartir à zéro la dépréciation d’une voiture neuve, simplement pour économiser de l’argent sur l’essence, n’est pas très avisé. Dans mon exemple, si le consommateur trouvait un véhicule qui consomme 30 % moins de carburant, il lui faudrait bien au-delà de 20 ans pour économiser suffisamment de carburant est ainsi annuler la dépréciation associée au changement de véhicule.

(cliquez pour agrandir l’image)

Chaque année, en collaboration avec IPSOS, Canadian Black Book sonde les consommateurs canadiens pour connaître leurs attitudes et leur compréhension au sein du marché automobile. À la fin de décembre 2018, nous avons demandé aux consommateurs ce qu’ils pensaient d’une hausse « fictive » de 0,25 $ du prix du carburant et comment ils envisageraient de changer leur comportement d’achat. Le diagramme montre les résultats, et vous verrez que l’achat d’un véhicule hybride est la réponse la plus populaire (31 %) et que l’achat d’un véhicule similaire, mais légèrement plus petit suit de près (28 %). Même si 27 % indiquent que cela ne changerait pas leur décision, cela ne veut rien dire, et seulement 14 % disent qu’ils envisageraient de ne pas remplacer leur véhicule du tout. Un quart des répondants ont dit qu’ils envisageraient un véhicule entièrement électrique.

Fait surprenant, chez CBB, nous n’avons pas encore constaté d’impact important de la hausse spectaculaire du prix de l’essence sur les valeurs de gros des véhicules au Canada, du moins pas encore. Depuis février, lorsque le prix de l’essence était à son plus bas, l’indice des prix des voitures compactes n’a augmenté que de deux points et celui des sous-compactes de près de trois points. Leur valeur a monté, mais pas de façon extraordinaire. En comparaison, la moyenne de la valeur retenue par l’industrie est demeurée inchangée au cours de la même période.

Si l’on considère les véhicules plus assoiffés en carburant, les camionnettes et les véhicules utilitaires sport pleine grandeur n’ont pas perdu beaucoup de valeur au cours de cette période; et si le prix du carburant se maintient à ce palier élevé plus longtemps, je m’attends à ce que la valeur des compactes et sous-compactes augmente et que celle de certains des VUS moins écoénergétiques décline. Puisque la plupart des inventaires de véhicules d’occasion prennent plus de deux mois à se renouveler, cet effet peut prendre un certain temps à manifester.

Pour les détaillants, c’est un bon moment pour examiner comment l’augmentation du prix du carburant peut influer sur leur stratégie dans la salle d’exposition et sur l’approvisionnement et les commandes de véhicules neufs et d’occasion. Certains aspects de cette situation restent à considérer. Votre personnel est-il prêt à faire face à ce changement important de l’environnement du marché? Votre personnel des ventes est-il parfaitement informé en ce qui concerne l’économie de carburant? Plus précisément, savent-ils comment les produits qu’ils vendent se comparent à ceux de leurs concurrents? S’agit-il d’un avantage concurrentiel? Si c’est le cas, le moment est idéal pour promouvoir cet avantage. Est-ce qu’un véhicule particulier exige de l’essence super ou est-ce seulement une recommandation?

Des questions de ce genre seront sans doute plus fréquentes dans certains segments du marché. Compte tenu de l’explosion du prix de l’essence, les questions liées aux carburants seront plus souvent en tête de liste chez les consommateurs. Il est beaucoup plus important qu’avant d’être en mesure de discuter avec les clients de leurs préoccupations et de leurs objections en matière d’économie de carburant.

Du point de vue de la stratégie de vente, avez-vous examiné vos propres ventes en fonction de l’économie de carburant? Les véhicules plus écoénergétiques sont-ils plus lucratifs? Se vendent-ils plus vite? De telles tendances peuvent aider un détaillant à peaufiner sa stratégie. En comprenant bien la tendance du marché de votre région, une révision de votre gamme de produits pourrait s’imposer.

Chose certaine, il est difficile de dire s’il s’agit d’une nouvelle situation normale ou si les prix vont s’améliorer. Selon certaines prévisions, le prix du carburant devrait baisser, mais sans éviter une autre forte hausse en 2020. En attendant, vous devriez pouvoir me croiser sur l’autoroute, c’est moi le gars qui met la pédale douce en descendant les pentes pour économiser quelques cents!

LA VALEUR – Numéro 17: Indice de rétention des valeurs des véhicules d’occasion – avril 2019

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________
L’indice de rétention de valeur des véhicules d’occasion CBB, qui suit les valeurs de gros conservées pour les véhicules canadiens de deux à six ans, reste à des niveaux records. À 105, l’indice est en hausse de près de deux points par rapport à la même période l’an dernier. Depuis quatorze ans que l’indice suit le rendement du marché, les prix n’ont jamais été aussi élevés.

Les voitures compactes, qui ont gagné 1,5 point par rapport au mois dernier et plus de 5 points par rapport à l’an dernier, sont celles qui ont eu le plus de succès ce mois-ci. Les sous-compactes affichent également un gain impressionnant de près de 8 points par rapport à l’an dernier et de 1,6 point par rapport au mois dernier. Consultez notre chronique du mois sur le prix de l’essence, qui pourrait expliquer en partie l’attrait de ces véhicules plus petits et plus éconergétiques. Les intermédiaires semble conserver leur popularité auprès de nombreux consommateurs et ont gagné 4,2 points sur douze mois.

En revanche, les voitures prestige haut de gamme et les voitures de luxe ont accusé les plus fortes baisses avec des pertes de 5,2 et 3,3 respectivement. Comparativement au mois dernier, les mini-fourgonnettes et les petites camionnettes ne sont qu’une poignée de fourgonnettes en déclin, chacune ayant perdu 1 %.

CLIQUEZ ICI POUR TÉLÉCHARGER L’INDICE DE RÉTENTION DES VALEURS DES VÉHICULES D’OCCASION CANADIAN BLACK BOOK DE AVRIL (PDF)

The Value – Issue #17: Do you have gas price pains?

Welcome to Canadian Black Book’s – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

____________________________________________________________________________
By: Brian Murphy, VP Research and Editorial

Do you have gas price pains?

Have you noticed something a tiny bit different at your local fuel pumps?  You may have observed that some of those per liter prices have been tragically supersized, most likely to your disappointment.  If you can think back to Valentines Day, not so long ago, gas prices nationally were at almost exactly $1 per litre for regular grade fuel.  As of this moment gas prices are at a national average of $1.30 with the people of British Columbia unfortunately “winning it” with prices about $0.30 higher than that.  Ouch, our Canadian gas price holiday has ended quite rudely.

A thirty percent increase in gasoline prices over such a short period of time is unusual, but it is not the first time.  Similar increases occurred in 2011 and 2014.  Don’t panic, however now is an ideal time to consider what this increase means for automotive consumers; and for many of us in the industry to contemplate how it affects our business strategy and how we should adjust plans accordingly.

In my opinion, consumers can easily overreact when it comes to higher fuel prices.  According to our recent Canadian Black Book (CBB) IPSOS poll, we conclude 98 percent of Canadians don’t understand what the largest cost of vehicle ownership is, it’s not gas or insurance, but rather it’s deprecation.  It’s quite important for consumers to keep this in mind and not act rashly.

For a consumer to trade in a less fuel efficient nearly new vehicle and purchase a new more fuel-efficient one is a very poor plan, economically speaking.  For example, a three-year-old vehicle will have typically lost 40 per cent of its value, due to depreciation.  For a $40,000 vehicle that would be a loss of $16,000 in value.  This recent spike in gas prices would typically cost the average consumer just a little over $700 more per year.  To restart the depreciation drip on a new car, just to save some money on gas is not wise.  In my example, if the consumer was to find a vehicle that was 30 per cent more fuel efficient it would take them well over 20 years to save enough fuel to undo the depreciation hit they would take for the switch.

Each year, Canadian Black Book surveys Canadian consumers together with IPSOS, regarding attitudes and understandings in the vehicle market.  Back in late December 2018 we asked consumers what their response would be to a “fictitious” $0.25 rise in the price of fuel and how they would change their buying behavior.  The graphic shows the results, and you’ll see buying a hybrid was the most popular response at 31 per cent and buying a similar but slightly smaller vehicle was in second place at 28 per cent.  It’s worth nothing that 27 per cent indicated it would not affect their decision at all, and only 14 per cent say they would consider not replacing their vehicle at all.  One quarter of respondents said they would consider an all-electric vehicle.

(CLICK FOR FULL SIZED GRAPHIC)

Surprisingly, we at CBB have not yet seen a largeimpact of dramatically higher gas prices on wholesale vehicle prices in Canada, at least not yet.  Since the low gas prices of February, the Compact car price index has only risen by 2 percentage points and sub compact has risen by nearly 3 points.  They are up in value, but not dramatically.  The industry retained value average, by comparison, is flat during that the same time.

If we look at more fuel-thirsty vehicles, full-size pick-up trucks and full-size sport utility vehicles have not lost significant value in that time.  If fuel prices hold this high level over a longer duration, I would expect that we will see compact and subcompact cars rise in value and some of the less fuel-efficient SUVs fall in value.  Given that most used vehicle inventories take more than two months to turn, this effect may take a while to materialize.

For retailers this is a good time to consider how increased fuel prices can affect your own strategy on the showroom floor and your sourcing and ordering of both new and vehicles.  There are a few aspects of this era of higher pump prices to consider.  Are your own people ready to deal with this key change in the market environment? Are your sales people fully fuel economy literate?  Specifically, do they know how the products they sell compare to competitors?  Is it a competitive advantage?  If so, this is a great time to promote that advantage.  Does a given vehicle require premium fuel, or is it only recommended?

Questions like these will likely come up more frequently for certain market segments.  Given the spike in gas prices, fuel related questions are going to be a bit closer to the top of the list of consumers.  To be able to converse confidently with customers about their fuel economy concerns and objections is much more important than it was just a few months earlier.

From a sales strategy standpoint have you looked at your own sales based on fuel economy?  Are more fuel-efficient vehicles earning a larger profit?  Are they turning faster?  Trends like these can help a store tweak their strategy.  Based on an understanding of the trend in your area market, an adjustment in your product mix might be in order.

It is of course difficult to tell if this is the new normal or there will be some relief in prices on the horizon.  Some of the forecasts suggest that there will be fuel price relief coming, but with another big increase in 2020.  In the mean time you should be able to spot me on the highway, I’ll be the guy coasting down the hills to save a few nickels!

The Value – Issue #17: April 2019 Used Vehicle Retention Index Holds Strong

Welcome to Canadian Black Book’s – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

____________________________________________________________________________
The CBB Used Vehicle Retention Index, which tracks the retained wholesale values for two to six-year-old Canadian vehicles remains at record high levels.  At 105 the index is up almost 2 points compared to this time last year.  Prices have not been this strong in the over 14 years of market performance that the index tracks.

Some notable superior performers this month are compact cars, which are up 1.5 points from last month and over 5 points from last year.  Subcompact cars are also showing an impressive gain of nearly 8 points over last year and 1.6 points versus last month.  See our column this month on gas prices, which may explain some of the appeal of these smaller and more fuel efficient vehicles.  Midsize cars are apparently still in favor with many consumers, and have risen by 4.2 percentage points since last year.

On the downside, prestige luxury cars and luxury cars are two of the biggest decliners seeing losses of 5.2 and 3.3 respectively.  Compared to last month minivans and small pickups are amongst only a handful of decliners with decreases of approximately 1 percent each.

CLICK TO VIEW THE INDEX

LA VALEUR – Numéro 16: Technologie automobile : Dollars et doigté

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________
Par : Brian Murphy, vice-président, recherche et rédaction, Canadian Black Book

Nombreux sont les commentaires experts sur le rythme des changements technologiques qui nous entourent ici en 2019. Il y a abondance d’amateurs et de futuristes professionnels parmi nous. Peu importe le profil de la société ou des affaires, l’impact de l’évolution constante de la technologie fait la manchette des discussions quotidiennes et des reportages des médias.

L’industrie automobile est un parfait exemple de changements technologiques rapides. On peut être certains qu’au fil des ans, des innovations brillantes, certaines plus brillantes que d’autres, feront leur apparition. Par ailleurs, la technologie qui était autrefois une option coûteuse est de nos jours souvent magiquement « gratuite » en équipement standard. Chez Canadian Black Book, rester à l’affût des nouvelles technologies et des tendances qui s’y rattachent en matière de prix et de valeur est primordial. Un aspect clé de notre activité est la prévision de la valeur future des véhicules; c’est pourquoi nous devons aussi prévoir la valeur des options des véhicules pour les années à venir.

Depuis quelque temps, les constructeurs automobiles sont nombreux à mettre l’accent sur le déploiement d’une variété de dispositifs de sécurité active, comme l’assistance/l’avertissement de voie, le régulateur de vitesse intelligent, le freinage d’urgence et ainsi de suite. Quelque part dans la suite d’offres on compte l’autostationnement et d’autres fonctionnalités semi-autonomes que je suis souvent réticent d’essayer lorsqu’on nous prête un véhicule. Nous avons également vu la taille et la qualité des écrans de bord s’accroître rapidement, ainsi qu’une variété d’applications et de widgets intégrés. La liste des nouvelles technologies automobiles est longue et s’allonge de jour en jour.

Qu’est-ce que cela signifie pour les professionnels de parcs automobiles et les valeurs des véhicules?
Pour ma part, je crois que nous savons tous que les véhicules se déprécient à un rythme assez rapide. Compte tenu du très grand nombre d’années de données, il est devenu difficile de le prédire, mais on peut en avoir une bonne idée si l’on a suffisamment de données et une modélisation efficace.

Les options technologiques à bord d’un véhicule sont sans doute beaucoup plus difficiles à évaluer. Nous recueillons depuis très longtemps des données sur la façon dont les véhicules vieillissent et perdent de leur valeur, mais lorsqu’il s’agit de comprendre comment une option particulière va vieillir, il y a très peu de données fiables. De surcroît, le cycle de vie d’une technologie peut être ultra rapide. Une caractéristique pourrait passer d’ici quelques années de toute nouvelle et très coûteuse, à être offerte sur presque toutes les voitures, et même incorporée à un ensemble d’options ou à un modèle.

Les technologies automobiles, semblables à d’autres technologies comme les composantes de divertissement au foyer, ont tendance à rapidement perdre de leur valeur au fur et à mesure que les fabricants trouvent des moyens de réduire les coûts de fabrication. Par exemple le lecteur DVD que j’ai acheté aux premiers jours du DVD, qui je me souviens m’avait soulagé d’environ 900 $, Best Buy a aujourd’hui un modèle Sony à 44,99 $. Cette tendance existe aussi aujourd’hui dans l’industrie automobile et il faut en tenir compte en choisissant des véhicules et des technologies connexes, pour votre parc automobile.

Je vous conseille de devenir vous-même un futuriste en ce qui concerne votre flotte. Lorsque vous prenez des décisions d’achat, la question à vous poser est de savoir ce qu’une option ou un groupe de caractéristiques vaudra d’ici 5 ans ou 150 000 km, ou quels que soient pour vous les chiffres magiques en matière d’âge et de kilométrage. Imaginez-vous à l’encan en tant qu’acheteur pour votre propre entreprise de voitures d’occasion hypothétique. Avant de faire une offre pour une voiture d’occasion de 5 ans qui contient un ensemble de gadgets technologiques qui se vendait à l’origine pour 2 000 $ lorsque neuf, qu’est-ce que cela vaut pour vous aujourd’hui? Vous pourriez être surpris de constater que la réponse est souvent rien du tout, ou très peu.

Pour être clair, ce n’est pas que je suis négatif envers la technologie ni que je vous conseille de la repousser dans vos commandes de véhicules, je suggère simplement qu’il faut être très objectif en prenant ces décisions. Les nouvelles technologies automobiles offrent certainement beaucoup d’avantages. L’amélioration de la sécurité des personnes au volant de vos véhicules est la plus évidente. La technologie de freinage d’urgence autonome peut être très utile pour éviter les accidents ou du moins réduire la vitesse d’impact et aider à prévenir les blessures.

À mon avis, toute option qui permettrait d’installer de plus grands écrans d’infodivertissement dans un véhicule serait un pari un peu plus sûr? Selon ce qu’on observe sur le marché de nos jours, de plus grands écrans et des fonctionnalités liés aux dispositifs portatifs comme Apple CarPlay et Android Auto valent la peine d’être ajoutés à vos véhicules.

La technologie évolue et s’améliore très rapidement, et les fabricants s’efforcent sans cesse d’en réduire le prix. Dans cette optique, ne soyez pas déçu si vos coûts d’exploitation sont touchés lorsque ces véhicules sont remis sur le marché. Faites vos choix avec doigté!

LA VALEUR – Numéro 16: L’étude annuelle publiée par le Canadian Black Book révèle un changement démographique et de comportement chez des acheteurs de voitures

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________
De nouveaux services attirent plus d’un quart des jeunes conducteurs qui s’en remettent à l’autopartage et trois Canadiens sur dix achèteraient entièrement en ligne.

Canadian Black Book publie les résultats de son étude annuelle sur l’achat de voitures réalisée par Ipsos. L’étude analyse les différences entre les diverses données démographiques des acheteurs canadiens en ce qui concerne leurs achats, leurs attentes et leurs connaissances générales relativement au magasinage, à l’achat et la possession d’un véhicule.

La propriété (ou la location) de véhicules, à titre d’exemple principal, démontre un grand écart: 48% des personnes âgées entre 18 et 34 ans interrogées sont propriétaires ou locataires, alors que 77% des plus de 55 ans possèdent ou louent un véhicule. L’enquête indique, au niveau national parmi toutes les données démographiques, que 47% des propriétaires de véhicules sont prêts à acheter un nouveau véhicule au cours des 24 prochains mois (soit une baisse de 4 points par rapport à l’année dernière). Le groupe le plus susceptible d’acheter durant cette période est celui des 35-54 ans (53%); ceux âgés de 18 à 34 ans se situent à 51%; alors que la probabilité du groupe le plus âgé tombe à 37%.

Une explication partielle de la propriété (et de la location) ainsi que des intentions d’achat par groupe d’âge se reflète dans la tendance croissante à se rabattre sur l’autopartage. Par ailleurs, douze pour cent des répondants au total ont déclaré compter sur ce service en pleine évolution. Plus du double de ce nombre (27%) appartient à la tranche d’âge la plus jeune, contre 9% pour les 35-54 ans et seulement 4% en ce qui a trait aux 55 ans et plus.

Quant à l’idée d’acquérir des véhicules entièrement en ligne, sans passer par un concessionnaire, trois répondants sur dix (29% – une augmentation de deux points par rapport à l’année dernière) ont indiqué qu’ils le feraient probablement. Par ailleurs, les hommes sont beaucoup plus susceptibles (36%) que les femmes (24%) d’acheter un véhicule en ligne. Les ménages avec enfants se situent à 40%, alors que ceux sans enfants ne sont qu’à 24%. Les plus jeunes (18-34 ans) sont ceux qui à 43% sont les plus susceptibles de compléter de bout en bout un achat de véhicule en ligne, alors que 30% des 35-54 ans et les plus de 55 ans sont les moins susceptibles à 16%.

« Au moment de disséquer cette recherche, nous découvrons des statistiques très révélatrices que nous surveillons d’année en année et qui nous aident à comprendre les tendances en évolution et nous permettent d’offrir ces informations à l’industrie automobile canadienne », a déclaré Brad Rome, président du Canadian Black Book.

De plus, lorsqu’on leur a demandé « quelle est la probabilité que vous réduisiez le nombre de véhicules de votre ménage au cours des deux prochaines années », deux Canadiens sur dix ont déclaré qu’ils le feraient probablement. Lorsqu’on leur a posé la même question, 35% de la jeune génération a répondu que c’était probable; alors que 19% du groupe d’âge moyen le ferait probablement ; tandis que seulement 12% des plus de 55 ans en ferait tout autant.

En ce qui concerne les autres outils d’achat en ligne, en particulier les calculatrices de la valeur d’échange, de façon surprenante les Canadiens les plus âgés soit de 55 ans et plus, sont les plus susceptibles à 65% de les utiliser pour rechercher la valeur de leur véhicule, comparativement à 55% de la tranche d’âge des 18 à 34 ans. Au moment de l’échange, seulement 21% des jeunes acheteurs avaient une bonne idée de la valeur de leur véhicule, tandis que 40% des plus de 55 ans ont déclaré savoir parfaitement ce que leur échange valait. Inutile de dire que la génération la plus âgée (soit les plus de 55 ans) est beaucoup plus susceptible d’avoir échangé un véhicule avec 63% des répondants, contre seulement 29% pour les groupes plus jeunes.

« Tout cela est en corrélation directe avec l’expérience de ces consommateurs ont acquise dans le marché et aux raisons pour lesquelles l’industrie se doit de traiter ce groupe différemment; et ce tant au niveau du marketing, de la vente que du service, tout au long du processus de propriété », a déclaré Brian Murphy, vice-président de la recherche et de la rédaction chez Canadian Black Book.

Le sexe et l’âge présentent également des divergences majeures en ce qui concerne l’acceptation des véhicules à énergies alternatives. Si les prix du carburant devaient augmenter de $0,25, les hommes seraient plus enclins à envisager un véhicule utilisant des énergies alternatives à hauteur de 58%, tandis que seulement 38% des femmes choisiraient probablement l’option plus verte. Plus les propriétaires de véhicules sont jeunes, plus ils sont susceptibles d’envisager ce type de véhicule; à savoir que 58% des 18-34 ans; 48% de ceux entre 35 et 54 ans; et 40% des 55 ans et plus le feraient.

En ce qui concerne le financement, nous observons un scénario similaire dans lequel les jeunes propriétaires de véhicules sont plus susceptibles d’avoir un prêt, soit 32% pour les 18 à 34 ans, 37% pour le groupe des 35 à 54 ans et seulement 23% des plus de 55 ans. En ce qui a trait au sexe, 34% des hommes ont contracté un prêt auto, comparativement à 28% pour les femmes.

Comme prévu, la fourchette de revenus et le niveau d’instruction influencent directement la décision d’acheter un véhicule neuf ou d’occasion. 65% des personnes ayant fait des études universitaires et le même pourcentage de personne dans un ménage gagnant plus de 100 000 dollars par année, achètent des véhicules neufs. À l’inverse, seulement 36% des personnes interrogées dans les ménages gagnant moins de 40 000 dollars par année ont l’intention d’acheter un véhicule neuf. En termes de sexe, six hommes sur dix (60%) sont susceptibles d’acheter un véhicule neuf, versus 52% pour les femmes.

« Plusieurs de ces tendances correspondent à ce qu’on s’attendait à voir. Cependant le fait d’avoir les chiffres réels sous les yeux permet de mieux planifier les stratégies qui seront déployées à l’avenir par les constructeurs et les concessionnaires » ajoute Murphy.