The Value – Issue #10: We Live in Electric Times – By Brian Murphy

Welcome to The Canadian Black Book – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

____________________________________________________________________________
There’s an interesting saying that I’ve always liked, “May you live in interesting times”.   Allegedly its origin derives from a somewhat sarcastic Chinese curse. That said, I think it applies nicely to the situation we’re at today, with respect to Electric Vehicles (EVs).  Times are truly very interesting when it comes to all things EV.

I selected this month’s topic by popular demand, it seems that EVs are one of the most frequent topics discussed, when we meet with our clients.  Many of us, including myself, have a significant professional curiosity about the future of transportation in general.  We believe that more and more EVs and Plug-in Hybrid Electric Vehicles (PHEVs) are coming to the nation’s driveways but are generally uncertain as to how this will all roll out.

So, if we look out over the next few years, what should we expect to see?  I believe we will see more and more normalcy, as EV’s become quite common causing the negativity surrounding EVs to eventually fall by the wayside.   EVs will become business as usual, a new electric normal.

Admittedly the number of EVs and PHEVs being sold today is still small.  However, you might be surprised to learn the average sales tempo this year is just below 4,000 units per month, which represents much more rapid sales growth, this year.  This growth is occurring for the simple reasons that there are more and more electric products being introduced, while more consumers are starting to see the merit in them.  Interestingly the availability of many EVs are constrained by factory capacity, as manufacturers can’t meet demand, suggesting that sales could be much higher.  Often customers face long and uncertain wait times, a real turn-off for many shoppers.

Early EV’s faced fundamental challenges throughout many iterations, which hampered mass adoption and even earned them a bad reputation.  I compare these early EVs to black and white televisions of days gone by, that some of you may remember.  Sure, there was an image on the screen, but there was a lot to be desired about the whole experience.

I vividly recall several years ago, when I had one of these “black and white” EVs to drive on loan from the manufacturer.  Each evening, before I went to bed, I would verify my travel plans on Google Maps to decide if the EV would make it or not.  The limited range (well below 200km) made them a great second car, and only a decent primary vehicle, if your commute was reasonably short and predictable.  The next generation of EV’s offers ranges well over 200km and some up to 400km making range less of a concern for most.

CBB conducted some research earlier this year with IPSOS and found 26% of Canadians would consider buying an EV, and 21% would consider a PHEV if gas prices continued to rise.  We had been on a bit of a holiday from high gas prices, that did not help the adoption of electric vehicles.  Now that we are back to gas price levels approaching record highs, this should help “fuel” greater consumer interest in EVs and PHEVs.

A key drawback of EV’s to date, is that they have been very poor at retaining their resale value over time.  Of the five worst performers for retained value in Canada, based on Canadian Black Book’s data, three of them are EV’s.  This poor performance and resulting weaker forecasted residual values, make them more expensive to lease for consumers.

That being said, I don’t think EV’s will be at the bottom of the class for long.  What I expect over the next 10-15 years is that EV’s will inevitably become more normal, in terms of their retained value performance.  Exactly when quickly this happens really comes down to consumer behavior.  The market acceptance of hybrids is still an ongoing process and we have had those for almost 20 years.

Do consumers buy into the whole EV value proposition?  That is the multi-billion-dollar question.  OEM’s are investing a staggering portion of their product development budgets and converting factories to build EVs.  At this point however, these moves are still highly speculative.  Will people pay more for a vehicle that has some potential trade-offs for the benefits of a battery powered future?  How will people view used EV’s later in their life cycle after some battery capacity has diminished?

What makes me a confirmed optimist about the future of EVs, are the products themselves.  At Canadian Black Book we are fortunate to be able to evaluate many vehicles products, often before they see the showroom, which helps greatly in our forecast of future residual values.  Every time we drive an EV they are so much better as compared to those early black and white tv’s EVs.  I don’t think we are at the flat screen high definition tv stage yet, but we have leapt forward to full colour in a hurry.

There are several new vehicles that illustrates that sentiment.  The Chevrolet Bolt being one of the best examples.  It is priced less than $45,000 and can go 383 km on a charge.  Its driving experience and onboard technology is impressive and easy to use. At the luxury end of the spectrum is Jaguar’s new I-PACE all electric performance SUV, which has similar range to the Chevrolet, but drives like a Jaguar and is fantastic.  Tesla is now building and delivering “affordable” model 3’s at an impressive pace, despite the frequent Twitter drama.  Hyundai has both an electric and a plug-in Ioniq and a 400km range Kona coming.  The Nissan Leaf, now in its second generation has over 240km of range. Volkswagen’s eGolf is great fun to drive, will go 200km and is packaged in that loveable Golf platform.  Audi just announced the e-Tron, Mercedes-Benz the EQC, Porsche allegedly is making an announcement soon, it is relentless progress.

There is a lot on the EV tv these days, the black and white tv days are now in the rear-view mirror.  Interesting times are indeed here.

The Value – Issue #10: TalkAUTO – Canada’s Premier Automotive Industry Conference

Welcome to The Canadian Black Book – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

____________________________________________________________________________
By: Rui Nunes, Director Sales & Customer Experience, Canadian Black Book

From humble beginnings in 2012 to its widespread visibility today, 2018 TalkAUTO is the 7th edition of this premier Canadian auto industry conference.  The event has grown from just over 100 attendees in year one, to over 600 who registered last year, cementing itself as perhaps the most sought after Canadian automotive conference of its kind.

Being relatively new at Canadian Black Book, I have personally attended the conference only once prior in 2017.  Before last year’s TalkAUTO, not knowing what to expect, I had no frame of reference for the special place this conference holds in the hearts of its organizers, delegates and sponsors from across the auto industry.

As the lead person tasked with procuring sponsorships for the event, I soon began to understand how TalkAUTO differs from competing conferences and the unique value proposition it provides.  TalkAUTO is run as a not-for-profit conference.  It is through the generosity of conference sponsors that this event continually surpasses previous years’ expectations.  A key reason attendees love it – it is not about selling, it is about gaining valuable insights from some of the industry’s leading authorities. Dealers, in particular, find the content to be specifically relevant to the rapidly changing retail landscape.

TalkAUTO Canada was conceived as a thought-leadership conference, a place for senior automotive executives to liaise and network professionally, at a conference that emphasizes keynote speechers and panel discussions.  The emphasis is to discuss innovation, solve challenges and break-down the latest trends across the industry, at a small, intimate and personal conference.  Oh, did I mention admission is free to all attendees?

As compelling as these reasons are for attending and sponsoring the event, none are more convincing than the outstanding quality of our speakers and panelists.    Simply put, those in attendance appreciate hearing from industry heavyweights.  A “who’s who” of leading movers and shakers.  This year, TalkAUTO is already generating a buzz for securing fascinating keynote speakers from inside and outside the automotive industry.

For example, Sheryl Connelly, Futurist at Ford Motor Company, will discuss how shifting global priorities, political upheaval and social inequity are challenging how companies navigate through this time of uncertainty.  Or Dan McGrath, COO at Cineplex Entertainment who will discuss his company’s resurgence and response to online streaming services.  We specifically included a keynote speaker from the entertainment industry to learn how Cineplex pivoted their brand in the face of adversity and how they adapted to massive disruption.

Our forward-looking theme for this year is “Who moved my keys?  Adapting to change in a new marketplace”.  We’re hinting at the disruption we are seeing in the Canadian automotive landscape.  Everything from digital retail, ‘Big Data’, car sharing services, OEM subscription services, telematics, autonomy, EVs, etc.  As this evolves, the industry and particularly dealers need to prepare for a far different revenue model.  These are some examples of the types of hot button topics that our speakers and panelists will ponder and challenge the audience to consider.

Automotive retailers will be particularly interested in the moderated Dealer Panel discussion between innovative automotive retail groups from across Canada.  Retailers will benchmark best practices with their peers, share a wide range of business challenges and discuss rising trends with a unique regional perspective from coast-to-coast.

From the beginning, Canadian Black Book and J.D. Power partnered to create and host this unique automotive conference.  These two auto industry icons work closely with all of our sponsors to find the perfect fit for their brand.  There is no one size fits all approach.  No two organizations are the same and it’s of paramount importance to understand their specific needs, advertising goals and corporate culture.  I believe this personalized approach makes TalkAUTO different from competing conferences and reinforces the fierce loyalty of our sponsors.  Many have been with us since the very beginning and it is through their continued support, we are able to keep TalAUTO a ‘free to attend’ conference.

After asking one particular sponsor why they chose to promote their brand at TalkAUTO, their answer resonated with me – they see the conference as a coming out party for their brand after recently listing on the TSX Venture Exchange.  This sponsor is acutely aware that the calibre of the audience, under one roof, with all eyes on their brand.  This type of exposure elsewhere could be costly, even hard to find.

Another sponsor described TalkAUTO as an excellent opportunity to benchmark professionally and keep their finger on the pulse of the auto industry.  A one-stop-shop where their management team can validate and compare notes with their peers.

I’m looking forward to another great conference this year as we openly discuss the challenges, opportunities and trends impacting the Canadian automotive space.  TalkAUTO takes place on November 7, 2018 at the Universal Eventspace in Vaughan, ON.

The Value – Issue #10: September 2018 Used Vehicle Retention Index

Welcome to The Canadian Black Book – The Value. Our goal is to provide our clients and partners with news, event updates, new initiatives and opinions from Canada’s trusted source for vehicle values and automotive insights. In this edition we cover:

____________________________________________________________________________
The Canadian Black Book Used Vehicle Retention Index for September tied the all-time record from the previous month at 103.6.  This is a definite indicator of just how very strong retained values for Canadian used vehicles continue to be.  The all-time lowest level of the index was set back in February 2009 of 74.8, in the midst of the recession.  Since that time values have climbed 28.8 points to the current record level.   These record levels have been propelled by very favorable economic conditions, a tight supply of used vehicles, and more recently, a dollar that continues to favour a large volume of exports of used vehicles to the U.S. market.

Compared to the same time last year the compact luxury SUV segment is one of the biggest gainers, with an impressive leap of 29.5.  Mid-size car is showing renewed signs of strength with a gain in retained value of 4.8, and subcompact moves up by 7 points.

On the downside, full-size vans (-3.7), luxury cars (-2.7) and mini-vans (-5.3) saw weaker values compared to a year ago.  Compared to last month, premium sporty cars saw one of the biggest retreats at a little over 1.5 points and subcompact cars lost almost 4 points from last month.

The recent agreement on the USMCA free-trade agreement will provide some much needed certainly for the industry at large, and specifically used vehicle prices as it relates to this index.   If the U.S. administration had put significant tariffs on used vehicles, this would have created some major swings in used vehicle pricing.

The upwards trend in vehicle values has had an impressive eight year positive trend, watch this space as we continue to monitor and report on this key indicator for the Canadian used vehicle market.

To download the Septembrer 2018 Index Click Here.

LA VALEUR – Numéro 9: Le plafond des avances de prêt sur les véhicules de votre concession? Les gestionnaires devraient être au courant!

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________
Par Yves Varin, directeur national du développement des affaires, Canadian Black Book

Le gestionnaire d’aujourd’hui doit tenir compte de nombreuses données pour finaliser les accords de prêt et conclure les ventes. Les données se présentent sous toutes les formes et toutes les tailles, en provenance du client, des banques, des logiciels internes et bien d’autres. Comme c’est le cas et comme on sait que le temps des clients compte par-dessus tout, il faut à tout prix que le gestionnaire puisse toujours avoir en main TOUTES les données qu’il lui faut.

Pour s’y retrouver dans ce labyrinthe de données, le gestionnaire doit avoir une idée claire d’un « rapport prêt/valeur » donné avant de finaliser l’opération de financement. Armé d’une valeur de prêt maximale précise, il supprime les risques et peut faire gagner un temps précieux au client et au concessionnaire.

De nos jours, la plupart des banques et des prêteurs à risque mettent au point leurs programmes de financement de détail en fonction des valeurs de gros moyennes Canadian Black Book, en ajoutant un pourcentage qui varie entre 120 et 180 %. L’excédent sert à couvrir les coûts des produits du marché secondaire ou, dans de plus en plus de cas, à absorber les capitaux propres négatifs résultant du contrat antérieur. Sans les bons outils, le calcul de ce pourcentage excédentaire est loin d’être une science exacte. Avec les bons outils, il peut l’être.

Ce montant excédentaire n’est pas basé sur un actif garanti (comme le véhicule en soi). Par conséquent, il est vulnérable et peut même être douteux. Aujourd’hui, si le crédit du client est admissible, l’institution financière approuve ce montant douteux, sous pression de respecter les quotas dans un environnement bancaire hautement concurrentiel. La concurrence oblige les prêteurs à approuver ces « ratios excédentaires », qu’ils soient exagérés ou non.

Dans l’ensemble, les prêteurs ont déjà accès à des données précises sur l’évaluation par des tiers directement intégrées dans leurs systèmes d’évaluation. Ces institutions financières et autres établissements de crédit se basent sur le PDSF, les valeurs moyennes de gros, les valeurs de prêt et les données sur la juste valeur marchande, ainsi que sur leurs propres conditions de prêt pour évaluer la valeur de l’actif donné en garantie. Cette matrice ou carte de pointage en constante évolution, qui varie d’une institution financière à l’autre, est pour ainsi dire leur propre « sauce secrète ».

Bref, voici ce qui en est! Presque tout cela peut être fait chez le concessionnaire afin d’accélérer le processus et de permettre au gestionnaire de rapidement connaître le « rapport prêt-valeur final ». Il est tout à fait logique que le gestionnaire ait en main les mêmes données d’évaluation avant même de présenter une demande de crédit au prêteur. Connaître à l’avance le plafond de l’avance sur un véhicule donné permet à l’administration de connaître en toute franchise le montant à ne pas dépasser, permettant à l’opération de s’inscrire dans les paramètres du prêteur. Avec cette information, les vendeurs peuvent mieux jumeler les véhicules aux acheteurs.

On peut facilement résumer ce processus en trois étapes. Premièrement, acheter des véhicules de qualité aux enchères ou les prendre en échange ; deuxièmement, jumeler le bon véhicule à l’acheteur en puissance (surtout pour les emprunteurs à risque); et troisièmement, soumettre la demande au prêteur en la remplissant d’avance pour satisfaire ses critères.

De cette façon, les transactions n’exigeraient pas un examen qui prend du temps, par un agent de crédit et, plus souvent qu’autrement, elles pourraient être approuvées sur-le-champ. Ces transactions auraient peut-être été approuvées quand même, mais on gagne ainsi du temps et on sait très bien que pour conclure une vente, chaque minute compte!

Par le passé, le gestionnaire avait généralement en main un guide Black Book dont il pouvait tourner les pages pour obtenir ces données. Pas de devinette… une simple démarche analogique. La révolution technologique et le passage au numérique chez les concessionnaires ont changé pour toujours cette technique commerciale qui était autrefois la norme. Les prêteurs n’ont pas beaucoup changé au fil des ans, tandis qu’une nouvelle génération de gestionnaires s’est détournée des tactiques éprouvées. En fait, il y existe des outils numériques contemporains capables de combler cette lacune. Oui, il y a des frais, mais si on les compare aux réserves bancaires qui s’élèvent rapidement à 1 000 $ par transaction, un dollar par jour par utilisateur pour obtenir les bonnes données au bon moment, c’est une aubaine.

Les concessionnaires propriétaires devraient encourager leurs gestionnaires à adopter ces pratiques exemplaires et à utiliser les bons outils, en suivant l’exemple de ce que font les prêteurs. L’objectif est simple …optimiser les chances de réussite de chaque opération de financement.

LA VALEUR – Numéro 9: Un don de bienfaisance de 100 000 $ a pu être versé grâce au Tournoi de golf commémoratif Kathy Ward Canadian Black Book 2018

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________
Le 10 septembre 2018, Markham, ON – Pour la vingt et unième année du tournoi, celui-ci a été rebaptisé Tournoi de golf commémoratif Kathy Ward Canadian Black Book, en hommage à l’ancienne directrice générale de la société hôte. Pour couronner une année extraordinaire pour le tournoi, on a annoncé que la somme de 109 680 $ a été recueillie pour la Fondation Tim Horton pour les enfants depuis le décès de Kathy en décembre dernier.

Depuis sa création en 1997, le tournoi a permis d’amasser plus de 500 000 $ pour l’organisme de bienfaisance de choix de feu Kathy Ward. Le mari de Kathy, Harm DeJonge, et leur fils William DeJonge-Ward, se sont généreusement engagés plus tôt dans l’année à contribuer une somme équivalente aux dons faits en son nom, jusqu’à concurrence de 50 000 $. Grâce au tournoi CBB, aux dons en ligne et aux fonds recueillis par la TADA (Trillium Automobile Dealers Association) lors de son tournoi de golf en août, la contribution de Harm et de William a été maximisée, faisant de cette année une année exceptionnelle de dons à la Fondation.

« J’ai peine à trouver les mots pour dire à quel point nous sommes reconnaissants ici chez Canadian Black Book de toute la générosité de l’industrie automobile cette année envers l’organisme de bienfaisance de choix de Kathy, a déclaré Brad Rome, président, Canadian Black Book. Tous les golfeurs, la TADA, Harm et William, se sont vraiment mobilisés et ont fait des dons non seulement fort appréciés, mais sans précédent en ce qui concerne nos efforts de collecte de fonds jusqu’ici. »

Le tournoi de golf commémoratif Kathy Ward Canadian Black Book se déroulait dans l’un des principaux terrains de golf privés du Canada, le Magna Golf Club à Aurora, et accueillait des golfeurs de l’industrie automobile de partout au Canada. Le tournoi a été une fois de plus complet, et malgré le froid et la pluie, plus de 100 golfeurs ont bravé le mauvais temps pour contribuer à faire de ce tournoi un grand succès.

« William et moi sommes déterminés à honorer l’ambition de Kathy d’envoyer plus de 1000 enfants défavorisés dans les camps Tim Horton (un coût d’environ 1000 $ par enfant), a déclaré Harm DeJonge. Avec l’appui de la société Canadian Black Book, de tous ses partenaires, de ses commanditaires et du dynamisme de tous les golfeurs, nous sommes un peu plus qu’à mi-chemin de réaliser l’ambition de Kathy! Il reste encore à faire, mais je suis heureux que les participants du tournoi aient été là pour partager le rêve de Kathy et y participer. Continuons à réaliser son rêve! » a-t-il ajouté.

« Kathy était l’une de mes grandes amies et une grande amie de la TADA. C’est pour nous un honneur de verser les fonds amassés à une cause aussi chère au cœur d’une icône de l’industrie automobile canadienne », a déclaré Todd Bourgon, directeur général de la TADA.

Les quatre gagnants du tournoi de format « Vegas à quatre » sont Martin Douglas, Mark Would, John Christianson et Omar Khan, qui a marqué le score impressionnant de -7.

Comme par les années passées, quatre des principales institutions financières du Canada sont les partenaires commanditaires du tournoi : Banque de Montréal, Banque Royale du Canada, Banque Scotia et TD Canada Trust.

Media Release: Momentuum’s FileAssure Offering Just Got a Jolt of Auto Valuation Data

For Immediate Release

Momentuum’s FileAssure Offering Just Got a Jolt of Auto Valuation Data

Burlington, ON, August 15, 2018 –  Financial restructuring industry software innovator, Momentuum BPO Inc., has partnered with Canadian Black Book – Canada’s leader in vehicle valuations and data – to strengthen its already robust FileAssure solution. Now trustees using FileAssure, across Canada will gain access to the most accurate and up to date client vehicle values.

“We are always listening to the needs of the insolvency industry and looking for ways to enhance their experience through our technology, because we fully understand how valuable time is for a trustee.” says Matt Yeatman, President of Momentuum. “A vehicle’s value is a key piece of the client’s financial situation, and we wanted to digitize this step to acquire accurate values and integrate them into our platform easily,” he adds.

The addition of Canadian Black Book values to FileAssure will enable instant access the Canada’s most trusted valuation data, much earlier in the process, during the client intake step. The data will populate directly into the client record, after merely inputting the vehicle VIN or the vehicle year, make, model and trim level.  More specifics, such as vehicle mileage or equipment and options can be input to fine-tune value accuracy.

“Canadian Black Book has worked closely with the financial industry, since our inception over 55 years ago,” says Brad Rome, President at Canadian Black Book. “Today we continue to grow this core competency, with this new relationship with Momentuum, illustrating our commitment to working with top innovators to help put our data into the hands of Canada’s financial restructuring experts,” he adds.

FileAssure leverages data partnerships from a variety of reliable sources. This ensures that trustees have the best information during client onboarding, as well as providing that information when it is needed to streamline workflow. At its core, the system captures prospects, gathers and manages pertinent financial data, communicates and schedules meetings with clients, provides proven digital record management and much more.

“We have successfully digitized documents in the industry, and now we’ve achieved our goal to systematically program the intake process and provide the Canadian financial restructuring industry with timely, relevant and accurate data as early in the cycle as possible,” says Yeatman. “Our partnership with Canadian Black Book is another example of how by uniting and integrating trusted sources of data FileAssure helps further automate administration for the industry.”

About Momentuum

Momentuum BPO Inc. is a Canadian owned and operated provider of purpose-built SaaS solutions, which focus on delivering innovative ways to satisfy the needs of the Canadian financial and government sectors.  Momentuum provides flexible client-focused business applications, all within a secure, responsive and flexible environment.  Momentuum’s records management, intake, and workflow platform – FileAssure – has revolutionized the financial restructuring industry across Canada by optimizing how firms communicate with customers, structure operations and administer client files.  Momentuum’s case management solution – CivicTrack – is a web-based platform designed to help municipalities streamline support of casework for faster, more consistent response to ensure compliance with challenging service levels. Momentuum conducts all aspects of its operations, from design to support, within Canada. Go to www.momentuum.com for more information.

About Canadian Black Book

For more than 55 years, Canadian Black Book has been the trusted and unbiased Canadian automotive industry source for vehicle values. Canadian Black Book tools and information are considered ‘The Authority’ for vehicle values not only by car dealers and manufacturers but also the leasing, finance, insurance and wholesale sectors. Canadian Black Book provides custom data, analytics, and technology solutions and consulting to its clients across Canada.

-30-

For further information, questions or to request an interview, contact:

Conrad Galambos
Media Relations
Canadian Black Book
905-979-7039
cgalambos@canadianblackbook.com

Adam Arcuri
Vice President
Momentuum BPO Inc.
(877) 870-8875 x733
adam@momentuum.com

LA VALEUR – Numéro 7: À la frontière du chaos?

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________
Les tarifs et le marché canadien de l’automobile d’occasion

Par Brian Murphy, vice-président à la recherche et à la rédaction, Canadian Black Book

Depuis quelque temps, peut-être avez-vous passé quelques nuits blanches à réfléchir aux répercussions déplorables des tarifs américains sur les véhicules pour l’industrie automobile canadienne. C’est certainement le cas pour moi. Je rédige cet article, quelques jours seulement après la fête du Canada 2018 et l’imposition par notre gouvernement de droits de douane réciproques sur l’acier, l’aluminium et toute une liste d’autres produits, alors rien n’a encore été fait en ce qui concerne les droits de douane sur les véhicules.

Brian Murphy
Brian Murphy, Brian Murphy, vice-président à la recherche et à la rédaction, Canadian Black Book

J’espère (peut-être me faut-il aussi prier) qu’il ne se passera rien d’autre qu’un nouvel accord de l’ALENA équitable pour toutes les parties. L’impact de nouveaux tarifs douaniers serait dévastateur. J’ai lu récemment que John White, président de la CADA, a qualifié les dommages éventuels, devant le Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes, de « tsunamis » et c’est l’explication la plus concise qu’on en a donnée jusqu’ici à mon avis.

On a beaucoup parlé des répercussions possibles de ces tarifs rigoureux sur les voitures neuves, mais j’aimerais orienter mes commentaires vers l’impact sur notre marché et sur les valeurs de nos voitures d’occasion.

À l’heure actuelle, un grand nombre de voitures d’occasion sont exportées du Canada vers les États-Unis chaque année. Depuis 2015, plusieurs affirment que la fourchette est de 200 000 à 350 000 unités. Cette situation est principalement attribuable à la faiblesse du dollar canadien et à une pénurie historique de voitures d’occasion aux États-Unis.

Lorsque le dollar canadien est passé sous la barre des 0,80 $ en 2015, il a déclenché la possibilité de réaliser des profits en exportant des voitures du côté sud de la frontière. Compte tenu du taux de change actuel, et même avec la chute des prix des voitures d’occasion aux États-Unis, ce modèle est toujours une pratique rentable. Cet exode des voitures et des camions de toutes sortes a contribué à tenir le prix des voitures d’occasion au Canada à des niveaux records.

L’Indice canadien de rétention de la valeur des véhicules d’occasion Black Book, qui suit le cours de la valeur des véhicules de deux à six ans, continue d’établir des records mensuels de tous les temps. Ce scénario de forte valeur est en partie dû à ces exportations et à notre économie généralement saine, qui entraînent une forte demande et font grimper les prix.

Les valeurs plus élevées des voitures d’occasion ont fait mousser les ventes de voitures neuves, car les détaillants et les équipementiers s’empressent de mettre fini avant terme aux baux et prêts de clients extatiques pour les acheminer à des véhicules neufs. Un tarif de 25 % ferait dérailler toutes ces activités d’exportation et aurait des répercussions fracassantes pour le marché canadien des véhicules d’occasion.

L’impact spécifique qu’aura un tarif a beaucoup à voir avec les conditions réelles inscrites dans la politique. Il est difficile de prévoir exactement à quoi ressembleraient tous les détails en petits caractères. D’après moi toute taxe imposée par nos amis du Sud sur les voitures neuves s’appliquerait également aux voitures d’occasion. Cela éviterait de jouer avec l’expédition d’une voiture neuve de 50 km et de la qualifier de voiture d’occasion.

Si un tarif d’occasion se réalise, il importe qu’il s’applique à toutes les voitures, quel que soit leur pays d’origine ou seulement aux voitures produites à l’extérieur du marché américain. Cela pourrait aussi dépendre grandement de la façon dont les États-Unis redéfinissent leurs règles de contenu pour ce qui constitue une voiture américaine par rapport à une voiture étrangère. Il y a beaucoup d’hypothèses et de suppositions pour l’instant.

En supposant qu’un tarif ne s’applique qu’aux véhicules fabriqués hors des États-Unis, on pourrait raisonnablement s’attendre à ce que la valeur de ces véhicules diminue considérablement aux enchères canadiennes presque immédiatement après l’entrée en vigueur du tarif. Les acheteurs pour le marché américain n’achèteraient tout simplement plus ces produits aux enchères canadiennes.

Si les tarifs sont appliqués plus largement à toutes les voitures en provenance du Canada, quelle que soit leur origine, le résultat pour les véhicules d’occasion qui sont exportés aujourd’hui serait une baisse de valeur. Des prix plus bas pour certains véhicules se répercuteraient, au fur et à mesure que la valeur d’autres véhicules diminue en raison de la pression concurrentielle du marché. Au fil du temps, nous nous attendons à ce que certains véhicules de fabrication américaine voient leur prix rebondir.

Alors, pourquoi ces montagnes russes?

Vraisemblablement, le gouvernement canadien réagirait à une taxe américaine en imposant un droit similaire de 25 p. 100 sur les voitures neuves de fabrication américaine. Les consommateurs canadiens se tourneraient probablement (avec le temps) vers le marché de l’occasion pour acheter ce véhicule qui est maintenant beaucoup plus cher en tant que nouveau modèle, en raison de la taxe d’importation. Quand tout cela va se produire dépend de la quantité d’inventaire des concessionnaires et des équipementiers, qui varie toujours d’une voiture à l’autre et d’une région à l’autre. Pour certains VUS et camions haut de gamme, une partie du coût du tarif pourrait être absorbée par les équipementiers, mais ils réduiraient probablement les incitatifs, ce qui entraînerait des paiements mensuels beaucoup plus élevés.

Comme il y a beaucoup moins de voitures neuves construites aux États-Unis qui arrivent au Canada, étant donné la baisse de la demande, l’offre pour ces véhicules serait très serrée et les prix des véhicules d’occasion pourraient se rapprocher du prix des véhicules neufs pour les unités d’occasion en bon état.

En plus de tout cela, les concessionnaires seraient aussi grandement touchés. Si le prix de certaines voitures d’occasion chute aux enchères, les prix de détail seraient également touchés, ce qui obligerait les concessionnaires à « réévaluer » leur inventaire de voitures d’occasion, et se traduirait par des prix beaucoup plus bas. L’ampleur de l’impact dépend de la rapidité avec laquelle les consommateurs remplacent les voitures neuves par des voitures d’occasion.

Cette situation est un désastre à tous les points de vue. Je ne vois pas de « gains » de part et d’autre de la frontière, rien que des pertes regrettables! Les tarifs de rétorsion du Canada et d’autres pays à toute mesure prise par les États-Unis entraîneront une baisse instantanée de la demande pour les produits américains. Sans cette demande d’exportation, de nombreux travailleurs américains du secteur de l’automobile seront sans travail, et leurs cousins canadiens le seront aussi à discuter du bon vieux temps. Je prie pour que la raison l’emporte, l’économie des deux pays et notre grande entreprise automobile comptent sur elle.

LA VALEUR – Numéro 6: Le prix de l’essence est-il toujours important?

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________

Par Brian Murphy, vice-président à la recherche et à la rédaction, Canadian Black Book

Depuis toujours, le prix de l’essence est le sujet des conversations et du clavardage sur les médias sociaux dans tout le pays. Comme le prix de l’essence a récemment approché un niveau record, je me demande s’il est moins important pour notre marché qu’il l’était autrefois. J’ai l’impression qu’il y a un mythe dans l’industrie entourant l’impact réel du prix de l’essence sur nos affaires aujourd’hui.

Il est surtout intéressant de comprendre si les prix à la pompe influent ou non sur la valeur des véhicules et les ventes de véhicules. Le prix élevé de l’essence nuit-il à la vente à l’enchère de véhicules assoiffés? Réduit-il leur valeur résiduelle? Nuit-il à la vente de véhicules neufs?

Selon Statistique Canada, en avril dernier, le prix de l’essence dans la capitale nationale a atteint 1,336 $ le litre, soit 4 cents de moins que le record historique de 1,374 $ établi en juin 2014. C’est là une hausse de 15 % par rapport à avril 2017, et une hausse marquée de 33 % par rapport à avril 2016. Peu importe ce qu’on en dit, le prix de l’essence est élevé.

Qu’en pense le consommateur? Est-ce que cela influence ses décisions d’achat? Chaque année, à la demande de Canadian Black Book (CBB), IPSOS effectue un sondage auprès des propriétaires de voitures du Canada. Ce sondage, tenu plus tôt cette année, porte sur de nombreuses questions liées aux véhicules, y compris l’attitude des consommateurs à l’égard du prix de l’essence et de l’achat de véhicules. Nous avons récemment posé la question : « Si le prix de l’essence augmentait de 0,25 $ le litre ou plus d’ici à votre achat pour remplacer votre véhicule actuel, laquelle des options suivantes envisageriez-vous. » Un tiers des répondants ont indiqué qu’ils envisageraient l’achat d’un véhicule hybride. Plus intéressant encore, 29 % ont dit que cela n’aurait aucune influence sur leur décision d’achat.

L’achat d’un véhicule hybride, le premier choix de notre sondage, semble être une façon logique de contrer la hausse des prix de l’essence, avec une technologie éprouvée. Mais s’agit-il d’un investissement avisé? En observant le marché des voitures neuves, on constate que le supplément exigé pour un modèle hybride est souvent de l’ordre de 5 000 $ par rapport aux autres modèles. Si le prix de l’essence est à 1,33 $, il vous faudra brûler environ 3 800 litres de carburant de moins pendant que vous en êtes propriétaire pour récupérer la différence du prix d’achat plus élevé. Si vous prévoyez garder la voiture pendant seulement cinq ans (ou moins), il sera presque impossible de récupérer cet argent. Comme les hybrides ne conservent généralement pas aussi bien leur valeur, il en coûtera d’autant plus cher au consommateur, sans compter qu’avec un véhicule hybride, vous pourriez vous retrouver avec moins de capacité de chargement ou devoir renoncer à un siège rabattable. Par contre, il y a l’avantage de réduire l’émission de gaz à effet de serre, mais cela n’efface pas les questions environnementales concernant la construction de la batterie et la gestion de la fin de vie de la batterie. Les véhicules hybrides ne sont donc peut-être pas la solution miracle pour économiser de l’argent.

En 2008, le prix de l’essence a également monté en flèche, dépassant 1,30 $ le litre pour la première fois. À cette époque, la valeur des véhicules a aussi chuté sur le marché. Certains véhicules ont baissé de plus de 15 % en très peu de temps. Est-ce que le prix élevé de l’essence a causé cette déroute? Peu probable, car si vous vous souvenez, nous vivions aussi une crise financière. Il est donc carrément impossible de comparer l’impact de ces deux occasions.

En consultant les données de CBB (voir le graphique) pour les valeurs retenues des véhicules de 2 à 6 ans, ainsi que les données de Statistique Canada sur le prix de l’essence, des tendances intéressantes se découpent. Lorsque le prix de l’essence a augmenté entre 2011 et 2014, cette hausse n’a eu aucun effet sur la valeur marchande des camions pleine grandeur ni des multisegments pleine grandeur. Il est intéressant de noter que les valeurs retenues par les voitures compactes ont considérablement augmenté. Lorsque le prix de l’essence a baissé, la valeur des voitures compactes s’est affaiblie et celle des camions a augmenté.

Cela donne à penser que lorsque l’essence coûte plus cher, les consommateurs pourraient choisir des voitures plus petites, alors que ceux qui sont mordus des camions et VUS ne changeront probablement pas leurs habitudes d’achat. En ce moment, l’engouement pour les VUS et les camions s’intensifie rapidement. Aujourd’hui, les camions représentent plus de 60 % de tous les véhicules, et la hausse du prix de l’essence ne semble pas précipiter les acheteurs vers des voitures de nos jours plus économiques en essence que jamais. Certes, il y a sur le marché beaucoup d’autres facteurs qui entrent en jeu et influent sur les prix, mais ces données suggèrent que le prix de l’essence n’affecte que certains segments du marché.

Depuis 2008, les véhicules ont beaucoup changé, réduisant ainsi l’impact de la hausse du prix de l’essence. Au cours de cette période (presque deux cycles de vie des produits pour certains fabricants), l’économie de carburant a été améliorée. Des technologies propulsives et motrices plus avancées, comme le démarrage à l’arrêt, la désactivation des cylindres et l’injection directe sont largement déployées dans l’industrie. L’utilisation d’une plus grande quantité d’aluminium et d’acier à haute résistance a contribué à réduire la masse du véhicule. Tout cela a contribué à réduire les coûts d’exploitation en diminuant la consommation de carburant. De plus, il y a plus de choix pour les consommateurs, avec un certain nombre d’hybrides, d’hybrides rechargeables, de véhicules électriques et même quelques options de piles à combustible. Au moins maintenant, si un consommateur veut un choix plus vert, il y en a davantage.

Au fur et à mesure que ces technologies sont déployées et que les moteurs deviennent plus efficaces, je suis d’avis que le prix de l’essence aura de moins en moins d’importance. D’un point de vue purement pratique, si vous ne consommez que 4 ou 5L/100/km, vous risquez moins d’être moins agacé si le prix augmente mystérieusement de 0,11 $ à l’approche d’une longue fin de semaine!

Au moment de rédiger cet article, j’ai consulté des professionnels du remarketing automobile et je leur ai demandé quel était pour eux l’impact de la récente flambée des prix de l’essence? Avaient-ils constaté des rendements plus faibles sur certains véhicules? Tous ceux à qui j’ai parlé m’ont dit que c’était difficile à mesurer et qu’ils ne voyaient aucune conséquence négative.

Il serait bête de suggérer que les consommateurs ne se soucient pas du tout du prix de l’essence. Bref, lorsqu’on examine des faits récents et la grande popularité des camions et des VUS plus assoiffés de carburant, il semble qu’à plusieurs égards, le prix de l’essence lors de l’achat d’un véhicule n’a pas autant d’importance que beaucoup le supposent.