LA VALEUR – Numéro 13: C’est une nouvelle année : Qu’entrevoit Canadian Black Book en 2019?

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________
Par : Brian Murphy, vice-président, Recherche et éditorial, Canadian Black Book

Bonne année à tous! Pour entrevoir l’année 2019, nous devons nous tourner vers le passé récent.

En 2017 par exemple, les ventes de véhicules neufs ont atteint un sommet historique au Canada. Cette année-là, plus de deux millions d’unités neuves ont été vendues pour la première fois au pays. En 2018, le secteur de l’automobile est resté très dynamique. En fait, la fin de l’exercice (une fois que tous les chiffres auront été révélés) marquera sans doute la deuxième meilleure année jamais enregistrée pour les ventes de véhicules neufs au Canada, et ce, d’une fraction seulement par rapport à 2017. C’est vraiment impressionnant si l’on considère qu’il n’y a pas si longtemps, notre industrie affichait 1,6 million de résultats unitaires par année.

Voilà le piège. Le nombre record de voitures neuves vendues se traduit par une offre record de voitures d’occasion dans l’avenir, ce qui, nous le savons, exercera une pression à la baisse sur la valeur des véhicules d’occasion. Mais cela peut prendre un certain temps.

Après l’annonce assez récente de l’accord de libre-échange de l’USMCA et la reconnaissance d’une augmentation des ventes de véhicules d’occasion plus tôt l’an dernier, le Canadian Black Book était confiant et avait raison de croire que 2018 allait battre le record des ventes de véhicules d’occasion, établi depuis seulement 2017. Les concessionnaires de véhicules neufs et d’occasion ont connu une période trépidante au cours des deux dernières années.

En 2018, l’Indice canadien de la valeur retenue des véhicules d’occasion Canadian Black Book, qui mesure la valeur des véhicules de 2 à 6 ans, s’est révélé très solide. En fait, les mois d’avril, de mai, de septembre et d’octobre ont tous battu des records historiques pour la valeur moyenne retenue des véhicules d’occasion dans l’industrie. Ces valeurs retenues que nous calculons aujourd’hui sont le facteur clé qui permet à Canadian Black Book d’évaluer les valeurs résiduelles pour l’avenir, pour le secteur automobile canadien.

Selon Isaac Newton, « Ce qui monte, doit certainement descendre ». Selon le même principe, Canadian Black Book croit qu’après tout ce succès à l’échelle de l’industrie, nous avons maintenant atteint un sommet en termes de prix. En 2019 et au cours des années qui viennent, nous prévoyons que les valeurs moyennes commenceront à baisser à peu près au même rythme (3 % à 4 %) qu’au cours des sept dernières années. Cette baisse se ressentira différemment d’un segment à l’autre, car la demande passera de certains types de véhicules à d’autres.

Compte tenu de la récente tendance à la hausse des taux de change, qui se poursuivra sans doute, et de la finalisation de l’ACEUM, le dollar canadien devrait se raffermir en 2019. Si le huard se renforce à un niveau hautement supérieur à 0,80 $, nous amorcerons une période où il est beaucoup moins souhaitable pour les acheteurs américains de se tourner vers le nord. Le niveau élevé des exportations de voitures d’occasion vers les États-Unis, en raison de la faiblesse du dollar canadien, a été l’un des principaux moteurs du succès sur le marché intérieur des voitures d’occasion. Avec la baisse de la demande américaine, l’offre augmentera et les valeurs des voitures d’occasion iront en diminuant.

En 2019 par contre, nous n’aurons pas à affronter l’incertitude des négociations de l’ALENA, du fait d’une administration particulièrement imprévisible à la Maison-Blanche. Nous savons maintenant que les droits de douane de 25 p. 100 sur les voitures ne seront pas appliqués. La conclusion d’une entente avec les États-Unis et le Mexique répond certainement à un grand besoin pour la planification de nouveaux modèles par les équipementiers et fait en sorte que les produits d’occasion puissent traverser la frontière, dans l’intérêt tant des acheteurs que des vendeurs. Toutefois, le secteur canadien de l’automobile devra assumer des droits de douane de 25 p. 100 sur l’acier et de 10 p. 100 à la frontière sur l’aluminium jusqu’en 2019, à moins que notre gouvernement ne soit en mesure de tourner la page à ce sujet. Il en résultera une hausse des prix des voitures neuves et des pièces automobiles à long terme.

L’accroissement de la question de l’offre, mentionnée plus haut en raison des ventes record, est le résultat de la croissance massive de l’industrie de la location au cours des dernières années. Au Canada, on s’attend à ce que les inventaires hors location doublent à l’échelle du pays, de même que ceux de deux millions d’unités hors location supplémentaires au sud de la frontière. L’offre sur le marché américain devrait culminer en 2019. Cette surabondance de l’offre commencera à diminuer au début de 2019 et par la suite, en fonction des prix et des valeurs résiduelles escomptées.

Les camions et les VUS continuent d’attirer la demande ici au Canada. Au fur et à mesure que la demande s’éloigne des berlines, on peut s’attendre à ce que les valeurs résiduelles continuent de fléchir tandis que les camions et les VUS demeurent solides. Et, à l’heure actuelle, les coûts du carburant se sont érodés et, si cela se poursuit, ils contribueront certainement à la tendance de favoriser les grands trajets assoiffés d’essence.

En résumé, le Canadian Black Book s’attend à ce que 2019 soit une période de refroidissement. L’augmentation de l’offre, sur bien des fronts, exercera une pression à la baisse sur les valeurs des véhicules d’occasion et les valeurs résiduelles. L’augmentation de l’offre au sud de la frontière, qui se traduit par une baisse de la valeur des produits d’occasions aux États-Unis, conjuguée à une hausse potentielle du RDC, ralentira les exportations. L’an 2019 est peut-être la fin de cette aventure délirante. Il est peut-être temps de commencer à penser à resserrer les rangs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *