LA VALEUR – Numéro 11: Un essai routier? Oui, s’il vous plaît! – Par Brian Murphy

Bienvenue au Canadian Black Book – La valeur. Notre objectif est de fournir à nos clients et à nos partenaires des nouvelles, une mise à jour des événements, de nouvelles initiatives et l’opinion de la source de confiance du Canada pour les valeurs des véhicules et les perspectives automobiles. Vous trouverez ce qui suit dans ce numéro :

____________________________________________________________________________
L’article de ce mois-ci se veut une lettre ouverte aux consommateurs, qui appuie l’essai routier et explique pourquoi on devrait toujours le faire ou se résoudre à vivre avec les résultats.

Cher consommateur automobile canadien:

Lors d’une conférence à laquelle j’ai assisté récemment, un participant d’une table ronde a dit qu’il avait travaillé dans une concession qui refusait de vendre une voiture à moins que le client n’en fasse d’abord l’essai. Cette pratique, certes un peu « autoritaire », visait à réduire le risque que le client se présente quelques jours plus tard, insatisfait de la voiture, et qu’il veuille la rendre. Aujourd’hui, a-t-il précisé, cette pratique a été abandonnée et l’affaire est plus que joyeusement conclue sans essai routier. Je crois que l’essai routier obligatoire n’était pas une si mauvaise idée, et je vous explique pourquoi j’en suis convaincu.

Brian Murphy
Brian Murphy, VP Research & Editorial, Canadian Black Book

J’ai demandé à mes collègues de J.D. Power quel pourcentage de Canadiens font un essai routier avant d’acheter une voiture. L’étude sur l’indice de satisfaction générale des clients J.D. Power 2017 Canadian Sales Satisfaction Index (SSI) StudyMS indique que 80 % des consommateurs le font. Il y a certainement de bonnes raisons pour une part du 20 % qui ne le fait pas, mais, à mon avis, ces gens se privent d’un volet très important du processus d’achat d’un véhicule. Après tout, achèteriez-vous un sofa sans d’abord vérifier s’il est confortable? C’est bien ce que je pensais.

J’ai passé la majeure partie de ma carrière dans l’industrie automobile, à mon humble avis (je ne suis pas seul) vous devriez faire un essai routier chaque fois que vous achetez une voiture neuve ou usagée. En fait, je ferais autant d’essais routiers que possible! Vous aurez du mal à trouver un professionnel de l’automobile vous suggérant de renoncer à cette évaluation essentielle avant de signer le contrat. Si un vendeur s’y oppose, ce n’est peut-être pas le vendeur qu’il vous faut. Bien des concessionnaires automobiles livreront une voiture à votre domicile ou au travail pour que vous puissiez l’essayer, pourquoi ne pas le faire? Avant d’explorer le comment et le pourquoi, je dois avouer que j’ai beaucoup d’expérience de conduite d’essai et que j’ai une opinion assez marquée sur le sujet. Je ne suis ni ingénieur ni conducteur professionnel. Par contre, j’ai passé des années à planifier l’offre de produits pour deux constructeurs japonais, suivies de plusieurs années à évaluer les véhicules en cours de développement au sein d’une équipe de consultants internationaux. Aujourd’hui, chez Canadian Black Book, je fais partie d’une équipe qui fait l’essai routier de plus d’une centaine de véhicules chaque année, afin d’évaluer la compétitivité du produit avant de prévoir sa valeur future. Par exemple, il y a moins de dix jours, j’ai conduit un très beau VUS à trois rangées de sièges, trois camionnettes et un incroyable coupé sport de 480 ch. Cette expérience me pousse à conclure que vous devriez toujours faire un essai routier et voici pourquoi.

D’abord et avant tout (et évidemment!), une voiture neuve est un engagement financier important, le deuxième en termes de coût après une maison, pour la plupart de nous. Vous pouvez passer les sept ou huit prochaines années à le payer, et même choisir de le garder plus longtemps. Si vous avez une voiture que vous détestez sur les bras, vous aurez l’impression qu’elle dure beaucoup plus longtemps que sept ou huit ans. Renoncer à une voiture avant la fin d’un bail ou d’un prêt peut poser des difficultés. Dans le cas d’un bail, vous êtes sous contrat, à moins de trouver quelqu’un pour reprendre votre bail. Dans le cas d’un prêt, il se peut que le solde du prêt soit supérieur à la valeur de votre voiture (aussi appelée « position négative »), donc mettre fin au prêt peut représenter un fardeau financier coûteux.

Je pense qu’il y a un mythe qui veut que les véhicules « d’aujourd’hui » soient tous très bons et plus ou moins pareils, ce qui élimine le besoin d’un essai routier. Je maintiens fermement le contraire. De nos jours, les véhicules sont plus complexes que jamais, avec encore plus de différences que jamais. Ce n’est pas parce que vous avez un modèle 2012 du même véhicule que vous aimerez la version 2019, vous pourriez la détester.

Voici quelques questions concernant votre essai routier, que vous pouvez vous poser avant même de quitter le concessionnaire :

  1. Comment se comporte la voiture? La direction, les freins, le moteur et la transmission sont-ils à la hauteur de vos attentes? Qu’en est-il du niveau de bruit à l’intérieur du véhicule? Assurez-vous d’essayer une variété de scénarios de conduite (autoroute, ville, quartier résidentiel, stationnement). Vous sentez-vous en sécurité dans tous ces environnements? Est-il facile à garer? Est-il agréable à conduire? Vous allez passer des milliers d’heures derrière ce volant, pourquoi ne pas en faire une expérience agréable.
  2. La voiture vous convient-elle physiquement, à vous et à vos passagers? Les gens et les véhicules se déclinent en toutes les formes et tailles. Pouvez-vous conduire le véhicule en toute sécurité et confortablement? Y a-t-il des angles morts problématiques? Vos sièges d’enfant (si vous en avez ou prévoyez en avoir!) sont-ils adaptés? Y a-t-il de la place pour les passagers arrière, et vont-ils être heureux d’y séjourner? Avez-vous assez d’espace pour la tête?
  3. Les sièges sont-ils confortables? La colonne vertébrale et le derrière des Canadiens sont comme des flocons de neige, il n’y en a pas deux pareils. Vous êtes confortable? Sinon, le siège s’ajuste-t-il pour vous? Il est important de faire un essai routier prolongé.
  4. Les commandes semblent-elles faciles à utiliser et à comprendre? Si elles ressemblent plus à un Rubik’s cube, ce n’est peut-être pas la voiture qu’il vous faut. Si vous ne comprenez pas facilement comment utiliser les contrôles après avoir reçu l’aide du vendeur, il est peu probable que vous les utiliserez, même si vous les avez payés!
  5. Est-ce que tout votre matériel rentre dans le coffre? Si vous êtes un golfeur ou un joueur de hockey qui transporte 50 livres d’équipement malodorant ou que vous devez transporter toute une collection d’échelles, vérifiez qu’il vous convient. Emportez tout chez le concessionnaire pour vérifier, ne faites pas simplement le supposer.
  6. Est-ce que toutes vos technologies essentielles fonctionnent? De nos jours (si vous achetez une voiture neuve), votre voiture doit être compatible avec Apple’s CarPlay/Android Auto ou avoir une intégration téléphonique qui vous permet de passer et de recevoir des appels téléphoniques, d’envoyer des textos et d’obtenir un itinéraire de manière sûre et légale. Si vous n’avez pas de ce genre de technologie, sautez cette étape.
  7. Comment se comportera cette voiture dans le noir? C’est une bonne idée de conduire la voiture la nuit aussi. Certains véhicules que j’ai conduits ont d’horribles phares ou des reflets gênants dans les vitres. Certains offrent des commandes mal éclairées qui rendent la conduite de nuit pénible.
  8. La voiture convient-elle à l’hiver? Aurez-vous besoin de pneus d’hiver? Piloterez-vous en toute confiance votre nouveau véhicule durant les pires tempêtes de février? Si vous voulez un hiver sûr et sans incident, les pneus d’hiver et la traction intégrale sont peut-être le meilleur investissement de votre vie.
  9. Êtes-vous sûr que c’est le bon type de voiture? Après l’essai, c’est toujours à propos de vous demander si vous achetez le bon type de voiture. Vous recherchez un VUS à trois rangées alors qu’un modèle à hayon de taille moyenne pourrait convenir? Vous songez à acheter une décapotable alors que vous n’êtes pas vraiment le type? Vous comptez fonder une famille, mais vous voulez acheter une petite voiture de sport branchée? N’achetez pas le type de voiture qui ne vous convient pas! L’essai routier est tout indiqué pour en avoir le cœur net.
  10. Fiez-vous à votre instinct. Après avoir eu l’occasion de la conduire, fiez-vous à votre instinct. Si vous n’aimez pas la voiture, ne vous laissez pas convaincre de l’acheter. Vous avez peut-être la bonne marque, le bon concessionnaire, mais pas le bon modèle. Dites au vendeur précisément ce qui vous préoccupe et voyez ce qu’il a d’autre à vous proposer. Sinon, rentrez chez vous, ressaisissez-vous et recommencez selon le besoin.

Si vous, le consommateur, ne voulez vraiment pas faire l’essai d’un véhicule, c’est évidemment insensé qu’un vendeur insiste. Après avoir lu cet article, vous êtes au moins avertis. Quant à moi, je pense encore à ce coupé de 480 ch des jours et des jours après l’avoir rendu au constructeur. Quel serait mon paiement mensuel? Je veux le vert foncé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *